Numéro 439 - novembre 2015


Écologie et féminisme : même combat ?

En novembre, Silence publie un grand poster des « 100 dates qui construisent nos luttes féministes aujourd’hui » ! C’est l’occasion de revenir sur les liens qui unissent les démarches écologiste et féministe. Avec un reportage sur un atelier de vélo entre femmes, un voyage aux racines de l’écoféminisme, une visite de quelques luttes écologistes où les femmes ont pris leur place, une réflexion sur le lien entre féminisme et critique décroissante du travail.

L’écoféminisme, ou comment conjuguer écologie et féminisme

Malgré la faible présence de l’écoféminisme aujourd’hui en France, les points communs entre le combat écologique et les féministes ont fait partie des préoccupations des féminismes français dès leurs débuts.

Femmes, travail et décroissance

Allier féminisme et décroissance implique de concilier des exigences qui paraissent à première vue contradictoires : comment accommoder la recherche féministe de l’égalité salariale avec la critique antiproductiviste du salariat ? La revendication de l’accès des femmes au travail productif avec la valorisation, par la pensée décroissante, du travail non marchand ?

Femmes dans les luttes écologiques

L’attention est rarement portée sur le rôle des femmes dans les luttes sociales ou écologiques. Pourtant, non seulement celles-ci prennent part aux luttes mais elles en sont des éléments moteurs. Voyage en compagnie de quelques-unes, dans les années 1970.

Êtes-vous prêt-e-s pour le cycloféminisme ?

Le collectif A vélo Simone a créé à Lyon un atelier non mixte de réparation de vélo, Les heures félines. Ce type d’espace antisexiste se développe dans de nombreux ateliers vélo.

Affichons le féminisme !

Silence publie un poster qui permet de mieux connaître et faire connaître des luttes et des visages qui nous inspirent aujourd’hui pour avancer vers l’égalité et l’émancipation des femmes.

•Articles

Cigéo : il y a trop longtemps que ça Bure !

Après la manifestation des « 100 000 pas » le 7 juin 2015, qui a réuni plus de 1000 personnes, la dynamique de résistance à Bure autour du projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo s’est intensifiée tout au long de l’été.

Pourquoi accepte-t-on que les avions polluent autant ?

Malgré les progrès régulièrement mis en avant par les constructeurs, en France, les avions ont augmenté leurs émissions de gaz à effet de serre de 62 % entre 1990 et 2012. Au niveau mondial, c’est encore pire : +83 % entre 1990 et 2003.

Photos : Christiania, ville libre

En 1971, des squatters occupent une ancienne base militaire dont le territoire est formé, au sud d’un complexe de bâtiments désaffectés du 18e siècle et se prolonge idéalement au Nord par un lac et une forêt redevenus quasi sauvages... C’est comme ça que la ville libre de Christiania est née.

Sourds en lutte contre la médicalisation de leurs existences

Depuis le 19e siècle, les personnes Sourdes se battent pour que leur culture vive aux comptoirs des cafés, sur les bancs des universités, les planches des théâtres. Refusant d’être « réparées » par le son et les appareils, elles défendent la langue des signes et mettent à mal la vision médicale qui cherche à les « guérir ».

Détournements d’images et d’objets

Alain Brühl crée une poésie rebelle et surréaliste. Ses collages et installations laissent libre cours à l’imagination de chacun-e pour en redéfinir le sens.

• Chroniques

100 dates féministes pour aujourd’hui : 1974 - Chipko, des femmes et des arbres

Écologie pratique : Le compost ou le lombricompost

Bonnes nouvelles de la Terre : En Grèce, la clinique solidaire soigne les blessés de la guerre économique

Le Monde en construction(s) : The Mud Hutters, une maison en sacs de terre en Thaïlande

En direct de nos colonies : Bolloré enfin décrypté

Catastrophe de Fukushima : La contamination nucléaire ne décroit pas et elle s’étend

Nucléaire ça boum ! : Jeremy Corbyn : un partisan du désarmement nucléaire à la tête du Parti Travailliste

•Brèves

Femmes, hommes, etc. Alternatives Nord/Sud Environnement Énergies  Nucléaire Politique Société Santé  OGM Agri-bio Climat Paix  Agenda Annonces Courrier  Livres Quoi de neuf ?

•Éditorial

La sève commune de l’Écologie et du féminisme

Fin novembre 2015, débute le sommet climatique mondial de Paris. Combien de femmes figureront parmi les négociateurs qui comptent ? Pourtant, elles sont souvent en première ligne des victimes du dérèglement climatique (1). Mais elles sont minoritaires parmi les décideurs qui se rencontrent lors des sommets internationaux pour lui faire face.

Y aurait-il un lien entre l’un et l’autre ? Entre éviction des femmes des instances de pouvoir, et domination de la nature ? Entre patriarcat et destruction écologique ?

C’est l’un des messages de l’écoféminisme, qui met en relation l’idéologie de la domination de l’homme sur la nature et celle de la domination des hommes sur les femmes.

La sortie de ces deux impasses se ferait-elle par la même issue de secours ?

Par ailleurs certain-e-s voudraient faire croire qu’écologie et décroissance s’opposent à l’émancipation des femmes et à leur accès à la vie sociale, politique, culturelle, professionnelle, etc. Il est important de mettre en valeur des exemples qui montrent que l’écologie ne passera que par la libération des femmes dans la société. Et d’entamer cette réflexion immédiatement dans le quotidien de nos vies.

Parallèlement à ce dossier, Silence publie une grande affiche intitulée « 100 dates qui construisent nos luttes féministes aujourd’hui » (voir page 14).

100 dates pour donner une idée du foisonnement des initiatives et des luttes qui permettent aux femmes de construire des droits, des réseaux et des alternatives à la domination des hommes.

Parce que la mémoire des luttes féministes nous semble importante pour construire une société écologiste, nous publions également depuis l’été 2015, une chronique d’Isabelle Cambourakis qui revisite chaque mois une date marquante du féminisme, en lien avec cette affiche. (2)

Nous espérons que ce dossier et ce poster apporteront de la nourriture à chacun-e pour avancer dans le sens d’une écologie résolument féministe.

Béatrice Blondeau, Guillaume Gamblin

(1) Les impacts des dérèglements climatiques et des conflits qui leur sont liés sont souvent plus forts sur les femmes, fréquemment garantes de la souveraineté alimentaire, de l’agriculture vivrière, et plus vulnérables socialement en cas de catastrophes, de déplacements ou de guerres…

(2) Voir dans ce numéro, page 15.