Chronique Chroniques Terriennes Environnement

Le péril vert

Stephen Kerckhove

La société du spectacle, tel un moloch insatiable, engloutit les polémiques à un rythme stroboscopique. Elle se nourrit de notre besoin d’émotions intenses en produisant du clash sans lendemain tout en maintenant les prisonnièr·es volontaires que nous sommes dans une torpeur extatique, mélange d’irréalité télévisuelle et d’étranges étrangetés.

La société du spectacle, tel un moloch insatiable, engloutit les polémiques à un rythme stroboscopique. Elle se nourrit de notre besoin d’émotions intenses en produisant du clash sans lendemain tout en maintenant les prisonnièr·es volontaires que nous sommes dans une torpeur extatique, mélange d’irréalité télévisuelle et d’étranges étrangetés.

Cet article sera lisible en intégralité lorsque le numéro sera épuisé et retiré de la vente. Vous pouvez dès maintenant commander le numéro papier pour lire cet article.

Disponibilité