Éditorial Nord-Sud

L’écologie, un problème colonial

Guillaume Gamblin

L’économie de croissance capitaliste s’est fondée sur la destruction d’écosystèmes et l’imposition de monocultures néfastes et tournées vers l’exportation au détriment des besoins locaux dans les colonies, qui ont détruit des modes de vie, suscité des répressions violentes et dont les effets se font toujours sentir aujourd’hui.

Le système de la Françafrique, notamment, perpétue une mainmise politique de la France sur des approvisionnements stratégiques en matières premières en Afrique.
Présentées généralement de façon consensuelle, les initiatives « écologiques » mises en place par les États, les institutions internationales et les multinationales sont également destructrices. L’installation d’équipements pour les énergies renouvelables, l’acquisition de surfaces pour la compensation carbone ou la mise en parc de territoires habités pour protéger la nature sont des projets qui, de fait, exploitent ou chassent violemment des populations au sud pour les besoins (écologiques, économiques, culturels) du nord et qui imposent une vision uniforme de ce que doit être la nature.

En ce sens, l’écologie est, entre autres, un problème éminemment colonial. Nos analyses politiques doivent intégrer cette dimension, au risque, sinon, de perpétuer des dynamiques impérialistes et racistes. (1)

Ce dossier interroge la dette écologique des pays riches. Comment nos mouvements d’écologie politique peuvent-ils s’extraire de ces logiques en proposant une vision décoloniale vis-à-vis des pays du Sud, mais aussi à l’intérieur de nos sociétés en combattant les différentes formes de racisme environnemental (les personnes non-blanches sont davantage exposées aux dégradations et injustices écologiques) ?
Cette réflexion doit devenir un enjeu central dans nos cercles et nos mouvements.

Gaëlle Ronsin et Guillaume Gamblin

(1) Et d’ailleurs trois des quatre articles de ce dossier sont écrits par des hommes blancs, signe que la rédaction de Silence a elle-même du chemin à faire pour décoloniser ses manières de faire...

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité