Chronique Chroniques Terriennes Environnement Nucléaire

Hommage à Giscard

Stephen Kerckhove

Le décès d’un ancien président engendre systématiquement un florilège de louanges qui relève d’une sorte de passage obligé. Un autre automatisme veut que chaque président laisse une trace en donnant son nom à un bâtiment ou un musée. Cet usage « républicain » en dit long sur l’ambition d’une classe politique qui craint l’oubli au point d’inscrire son patronyme dans le marbre (ou plutôt le béton) d’une institution culturelle.

Le décès d’un ancien président engendre systématiquement un florilège de louanges qui relève d’une sorte de passage obligé. Un autre automatisme veut que chaque président laisse une trace en donnant son nom à un bâtiment ou un musée. Cet usage « républicain » en dit long sur l’ambition d’une classe politique qui craint l’oubli au point d’inscrire son patronyme dans le marbre (ou plutôt le béton) d’une institution culturelle.

Cet article sera lisible en intégralité lorsque le numéro sera épuisé et retiré de la vente. Vous pouvez dès maintenant commander le numéro papier pour lire cet article.

Disponibilité