Livre Films

Ni les femmes ni la terre de Marine Allard, Lucie Assemat et Coline Dhaussy

Guillaume Gamblin

Les réalisatrices nous emmènent à la rencontre de femmes qui s’organisent en Argentine et en Bolivie pour lutter contre les violences qui leur sont faites en tant que femmes, inséparables des violences écologiques qu’elles subissent. Les femmes de Malvinas luttent contre l’implantation d’une usine de Monsanto qui empoisonne leurs familles et leurs terres et crée de la prostitution. En Bolivie des femmes résistent aux mines de plomb, d’or et d’étain qui polluent le territoire et empêchent toute agriculture. Pour elles, l’extractivisme est une violence économique contre les femmes. Des femmes Mapuches de Patagonie argentine réagissent aux féminicides qu’elles subissent de la part des forces étatiques, privées et mafieuses, réprimant leur résistance contre le fracking (fracturation hydraulique). « Ni la nature ni les femmes ne sont des marchandises », peut-on lire sur des pancartes. Un film sur la lutte des femmes qui, partout en Amérique latine, face au viol de la nature et de leurs corps, défendent leur « corps-territoire ».

2018, 62 mn, nilasmujeresnilatierra@gmail.com

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité