Livre Essais

Tchernobyl, récits d’Ingrid Storholmen

Monique Douillet

Une écriture faite de phrases juxtaposées, comme dans l’urgence. « C’est un soir de printemps, il fait doux, certains se préparent à aller prendre leur quart de nuit… L’enfant aime le mot ‘atome’. J’explique que c’est à la fois grand et petit. — En même temps ? demande l’enfant. Oui, je réponds ». Lambeaux de souvenirs à la première personne d’hommes, de femmes, d’enfants, nous parlant des retombées intimes de Tchernobyl jusqu’en Norvège, peu connues ici. Récits de cauchemars, poèmes. Ce foisonnement poignant alterne avec de brefs commentaires scientifiques concis, comme en voix off, sur la demi-vie écologique. Beau et éprouvant.

Traduit du norvégien par Aude Pasquier, éd. LansKine, 2019, 174 p., 16 €

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité