Livre Essais

Les besoins artificiels, Comment sortir du consumérisme de Razmig Keucheyan

Michel Bernard

Afin de retrouver une stabilité au niveau de la planète, nous devons réduire notre consommation. Pour cela, il faut être capable de distinguer les besoins vitaux de ceux dont on peut se passer en partie ou totalement. L’auteur commence par montrer, à partir de l’exemple de la pollution lumineuse nocturne, que la notion de besoin évolue. Il s’interroge aussi longuement sur les comportements d’achats compulsifs. Il propose une première mesure qui est de soutenir la campagne des Amis de la Terre pour l’extension des garanties sur les produits manufacturés à dix ans. Ceci obligerait à changer complètement nos modes de production, les emplois passant alors au secteur de l’entretien et des réparations. Il retrace l’histoire des associations de consommat·rices, rappelant que c’est l’État qui, en France, a forcé la séparation avec les organisations syndicales. Il propose de faire pression pour retrouver cette liaison, mais il élude le fait qu’aujourd’hui consommation et production sont fort éloignées. De même, il développe beaucoup trop les historiques des sujets abordés et les rappels aux textes de Marx. Ce qui peut lasser… alors que les questionnements à chaque fin de chapitre sont tout à fait pertinents.

Éd. La Découverte / coll. Zones, 2019, 202 p., 18 €

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité