Éditorial Paix et non-violence

L’exigence de non-violence, le devoir de désobéissance

Guillaume Gamblin

À partir de quand devient-il nécessaire et légitime de désobéir à des lois établies ?
Lorsque les règles en vigueur ont été adoptées collectivement et dans le respect des minorités, lorsqu’elles respectent les exigences de justice et les droits humains, économiques, politiques et sociaux, les suivre permet alors de vivre ensemble. Car ce sont elles qui aident à protéger les plus faibles et à établir une égalité de traitement entre tou·tes. Mais lorsque les lois contreviennent aux exigences de justice, ne respectent pas les droits et/ou ont été élaborées sans les personnes et les groupes concernés, elles cessent d’être légitimes.

Quand les moyens de pression classiques pour les modifier ont été épuisés sans résultats, désobéir à des lois injustes devient alors non seulement un droit mais aussi un devoir.

La désobéissance civile est une pratique d’action non-violente collective et politique qui a émergé il y a plus d’un siècle et qui s’est répandue à travers le monde comme une force de contestation puissante face à des lois ou à des régimes niant les droits humains les plus fondamentaux (régime colonial, service militaire obligatoire, inégalité instituée entre les sexes, absence d’accès à la terre, etc.).
Face à l’engouement médiatique que connaît cette pratique actuellement, ce dossier revient sur les fondements de ce mode d’action pour préciser de quoi il est question. (1)
Avec les « colleuses » contre les féminicides et les écoles parallèles au Kosovo, il met en avant des exemples de pratiques de désobéissance civile dans des contextes bien différents : celui de la société française et celui d’un régime dictatorial.

Face à l’urgence écologique actuelle, il nous a semblé important de rappeler que toute campagne d’action, pour exercer sa puissance, nécessite du temps pour se déployer. La volonté d’efficacité doit tenir compte de cette temporalité si elle ne veut pas en arriver à justifier n’importe quels moyens d’action pour obtenir des résultats immédiats.

Guillaume Gamblin

(1) Silence avait déjà publié un dossier intitulé « Désobéissance civique » en novembre 2005, à retrouver en téléchargement libre sur le site www.revuesilence.net.

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité