Livre Essais

Au rendez-vous des mortels, Le déni de la mort dans la culture moderne, de Descartes au transhumanisme de Jacques Luzi

Nathalie Pelosse

Le but ultime de notre société capitaliste serait de désigner la mort comme un échec, une maladie que l’on ne serait pas parvenu à éradiquer, niant en cela les aspects les plus ontologiques de la vie, à savoir les cycles nécessaires, les transformations et l’effacement ultime afin que d’autres naissent. Le transhumanisme voudrait mettre à mal ce cercle vertueux et nécessaire. Jacques Luzi tire la sonnette d’alarme : notre condition de mortel·les n’est pas à vendre !

Éd. La Lenteur, 2019, 128 p., 12 €

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité