Éditorial Alternatives Notre-Dame-des-Landes

Une nouvelle page à écrire

Guillaume Gamblin

2000-2018 : les manuels d’histoire retiendront peut-être ces dates pour délimiter le périmètre du conflit autour du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. On peut qualifier de victoire historique l’abandon de ce projet, suite à une lutte multiforme d’une vingtaine d’années, avec notamment l’occupation du terrain sous la forme nouvelle d’une ZAD, Zone à défendre.

Cependant l’histoire ne s’arrête pas là.

Celle du bocage et de ses habitant·es d’une part. Certain·es ont pu revenir sur leurs terres, beaucoup ont été expulsé·es violemment par les forces de l’État début 2018, d’autres ont pu rester pour continuer à habiter cet espace qui a vu naître tant d’utopies.
Sur place les défis restent importants pour continuer à faire vivre des pratiques collectives, émancipatrices et autogestionnaires et résister à la normalisation. La ZAD, Zone d’autonomie définitive ? Rien n’est jamais joué. Les groupes qui continuent à vouloir vivre autrement sur ce territoire ont la délicate tâche de rebâtir un avenir sur les ruines d’un champ de bataille idéologique, mais aussi physique.

L’histoire de l’aéroport ne s’arrête pas là non plus. Les jusqu’au-boutistes de l’ancien monde n’ont pas renoncé à leur projet suicidaire d’augmenter le trafic aérien et reportent leurs pulsions techno-destructrices et leurs envies de profit effréné sur l’extension du premier aéroport de Nantes. C’est un autre front de lutte qui s’ouvre. Sur les questions du transport aérien, du climat et des Grands projets inutiles et imposés (GPII) qui fleurissent un peu partout, le combat se poursuit partout ailleurs.

Silence a accompagné la lutte de Notre-Dame-des-Landes depuis plus d’une dizaine d’années, par de nombreux articles et dossiers notamment. (1) Ce numéro permet de faire le point sur l’avenir de ce territoire un an et demi après l’abandon du projet d’aéroport, en compagnie de personnes qui vivent sur place ou qui accompagnent de près les luttes et les expérimentations qui s’y construisent. Pour mieux enraciner l’avenir.

Guillaume Gamblin

(1) Voir par exemple le supplément « Venez Vider Vinci » (Silence no408, janvier 2013), les dossiers « Avions, il est temps d’atterrir ! » (Silence no369, juin 2009) et « Résister aux Grands projets inutiles » (Silence no413, juin 2013), les articles « Une zone à défendre » (Silence no404, septembre 2012) et « Notre-Dame-des-Landes : vols suspendus ? » (Silence no414, juillet 2013).

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité