Environnement Pesticides

Nous voulons des Coquelicots : quelle est la recette d’une dynamique réussie ?

Daniel Valentin

La vallée de la Moselotte suit la rivière du même nom entre la Bresse et Remiremont. Entre novembre 2018 et mai 2019, le collectif local du mouvement Nous voulons des coquelicots, qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse et appelle à des rassemblements tous les premiers vendredis du mois, a réalisé sept rassemblements dans un village différent à chaque fois. En cinq mois, le collectif a collecté 3 900 soutiens. Daniel Valentin, membre actif du collectif Nous voulons des coquelicots de la Moselotte, nous explique quelle a été la stratégie choisie pour faire avancer la dynamique locale. 

La vallée de la Moselotte suit la rivière du même nom entre la Bresse et Remiremont. Entre novembre 2018 et mai 2019, le collectif local du mouvement Nous voulons des coquelicots, qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse et appelle à des rassemblements tous les premiers vendredis du mois, a réalisé sept rassemblements dans un village différent à chaque fois. En cinq mois, le collectif a collecté 3 900 soutiens. Daniel Valentin, membre actif du collectif Nous voulons des coquelicots de la Moselotte, nous explique quelle a été la stratégie choisie pour faire avancer la dynamique locale. 

Cet article sera lisible en intégralité lorsque le numéro sera épuisé et retiré de la vente. Vous pouvez dès maintenant commander le numéro papier pour lire cet article.

Disponibilité