Livre Films

Enfermés, mais vivants de Clémence Davigo

Monique Douillet

Ce documentaire a pour objet de filmer la transformation de l’historique prison de Lyon, en alternant les images d’archives et les lieux actuels. Mais comment et de quoi témoigner ? La réalisatrice choisit de céder la parole à Annette et Louis qui se sont aimé·es pendant de longues années de part et d’autre des murs de cette prison. Louis a passé 18 ans au cachot. Il et elle racontent tour à tour leurs souvenirs. Annette dit comment elle a vécu pendant cette longue période, parle de sa culpabilité de mère, d’épouse, de ses décrochages évités de justesse grâce à l’écriture. « Quand on punit quelqu’un, on punit aussi ses proches. J’aimerais qu’on s’interroge sur l’utilité de la détention aujourd’hui. » C’est un film où la parole est d’or. Pour ne pas en perdre l’intensité de longs silences déambulatoires l’accompagnent. Le chant puissant de la fin est un moment paroxystique.

66 minutes, 2018, Alter Ego production, Les Dérushé.e.s, Lyon Capitale TV.

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité