Alternatives Chronique de Reporterre

Près de Montpellier, des élu·es jouent la carte de la relocalisation agricole

Lorène Lavocat

La commune de Murviel-lès-Montpellier a fait le choix de développer une agriculture locale et agroécologique. Cela passe, notamment, par l’aide à l’installation d’éleveurs de chèvres sur des terrains municipaux.

D’abord ouvrier agricole, Bruno Girard s’est mis en quête de terres dans l’Hérault pour élever des chèvres. Sur les conseils de l’association Terres vivantes, il a frappé à la porte de la mairie de Murviel-lès-Montpellier, à une dizaine de kilomètres à peine de la capitale régionale.

« Il faut amorcer la pompe de la relocalisation agricole »

« Nous cherchions à installer des chèvres sur la commune, comme il y en avait eu par le passé, confirme Isabelle Touzard, maire du village de 2 000 habitant·es. Nous avions hérité de 36 hectares dont les municipalités précédentes voulaient faire un parc d’attractions. Mais cela nous semblait plus important de développer une agriculture locale et agroécologique. » Depuis 2014, l’équipe municipale, issue d’une liste citoyenne à tendance écolo, se démène pour soutenir ses agriculteurs. Accompagnement des vignerons dans la construction de chais et de lieux de dégustation, création d’un marché, mise à disposition de terres pour un berger, soutien à l’installation d’apiculteurs. «  L’agriculture doit avoir une place ici, même en zone périurbaine estime Mme Touzard. Dès lors qu’elle est menée de manière agroécologique, elle apporte énormément de bienfaits au territoire . »
« La métropole montpelliéraine explose démographiquement et la production locale ne permet absolument pas de répondre aux besoins alimentaires, poursuit celle qui a créé au sein de l’intercommunalité une délégation chargée de l’agroécologie. Il faut amorcer la pompe de la relocalisation agricole, afin de répondre aux attentes, mais aussi afin de produire une alimentation saine, nutritive et abordable pour tous, notamment les populations en difficulté. »

« Les élus locaux ont un rôle très fort à jouer pour favoriser l’agriculture locale »

L’hiver, les chèvres pâturent dans les vignes de la commune, amendant la terre avec les crottes et broutant les mauvaises herbes. La mairie leur loue le hangar, qu’elle a raccordé au réseau électrique et à l’eau courante, et met à disposition les terres. Grâce à un microcrédit, à une subvention privée et à un financement participatif, le père et le fils ont remis le bâtiment à neuf : il accueille désormais 68 chèvres.
« Les élus locaux ont un rôle très fort à jouer pour favoriser l’agriculture locale, pense Isabelle Touzard. Mais les petites communes n’ont souvent ni les moyens financiers, ni les outils juridiques, ni les connaissances nécessaires. » D’après elle, il est donc nécessaire de mutualiser les énergies et les compétences. L’élue a ainsi participé à la mise en place d’une Association foncière agricole (AFA) au niveau de la métropole montpelliéraine, afin d’identifier le foncier disponible, de le remettre en état et de le mettre à disposition des agriculteurs.

Article repris du site Reporterre : https://reporterre.net/Pres-de-Montpellier-des-elus-jouent-la-carte-de-la-relocalisation-agricole

Disponibilité