Chaque année, 55 000 hectares de terres agricoles disparaissent, ensevelies sous le bitume des routes et le béton des pavillons, des ronds-points, des parkings et des centres commerciaux. Le temps de lire cette courte chronique, 3 000 m² auront été artificialisés. Mis côte à côte, cela représente l’équivalent de la surface de plus de 15 000 pages de ce journal. Et ce chaque minute, 24h sur 24h, 365 jours sur 365.

Chaque année, 55 000 hectares de terres agricoles disparaissent, ensevelies sous le bitume des routes et le béton des pavillons, des ronds-points, des parkings et des centres commerciaux. Le temps de lire cette courte chronique, 3 000 m² auront été artificialisés. Mis côte à côte, cela représente l’équivalent de la surface de plus de 15 000 pages de ce journal. Et ce chaque minute, 24h sur 24h, 365 jours sur 365.

Cet article sera lisible en intégralité lorsque le numéro sera épuisé et retiré de la vente. Vous pouvez dès maintenant commander le numéro papier pour lire cet article.

Disponibilité