Article Actions pour la paix Paix et non-violence

La non-violence en héritage

François Marchand

C’était une première, voire un saut dans l’inconnu… Du 27 au 30 mai 2018, Non- violence XXI a été présente au congrès annuel des notaires de France qui se tenait dans le palais du Festival de Cannes.

Comme nous l’avions imaginé, notre stand a surpris et attiré la curiosité d’une partie des 2 000 à 3 000 congressistes : « Vous êtes nouveaux ? » ; « Mais qui êtes-vous ? » ; « La non-violence, on en a bien besoin dans notre étude ! »
Nous revenons avec plein d’idées sur la façon de parler à cette profession. Nous en attendions une sensibilisation générale et une mise au point de notre discours dans ce milieu ; après ces 4 jours, nous ne sommes pas déçu·es de notre investissement. Une cinquantaine de notaires ont été sensibilisé·es à la possibilité de faire un legs pour la non-violence et à la possibilité d’en parler à leurs client·es pour leur testament.

Une profession de médiation !

« Une succession sur deux est conflictuelle », « la profession de notaire c’est 50 % de droit et 50 % de gestion de conflit » : les témoignages se sont multipliés à notre stand. Cela peut aller jusqu’au refus de se voir ou de se parler, et même jusqu’à des violences physiques, obligeant le ou la notaire à mettre les héritier·es dans deux pièces différentes !
La gestion des conflits, notamment entre héritier·es est une partie intégrante du travail de notaire et nombre d’entre elles et eux ont ressenti le besoin de se former à la médiation, voire parfois à la communication non-violente (CNV) !
Nous avons découvert une profession beaucoup plus variée et ouverte que ne le laissent penser les clichés anciens. C’est une profession très consciente des problèmes de transmission des biens, mais aussi des transmissions de responsabilités entre générations.

Léguer à un projet d’avenir

La moitié des personnes qui veulent léguer une partie ou tout leur patrimoine n’ont pas les contacts nécessaires avec les organismes légataires potentiels. Le ou la notaire joue un rôle de prescription et nombre d’entre elles et eux regrettent que les dernières volontés de leurs client·es aillent sur des fondations et projets qui manquent d’avenir. Il y avait 57 fondations présentes sur l’exposition, la grande majorité avait pour objet la protection des animaux, la protection des enfants et des objectifs médicaux. Il y avait aussi quelques humanitaires.
Le Fonds de dotation de Non-violence XXI était quasiment la seule organisation présente qui avait une offre de legs sur la paix et la non-violence d’une part, et sur l’éducation des enfants d’autre part ! C’est ce terreau que Non-violence XXI va cultiver les prochaines années.

François Marchand,
Président du Fonds de dotation pour une culture de non-violence.

Non Violence XXI est une association française qui collecte des dons et des legs depuis 2001, dans le but de financer des projets à caractère non-violent et de promouvoir la culture de la non-violence au 21e siècle en France et dans le monde.

Léguer à Silence, c’est possible !
Y aviez-vous pensé ? Un legs permet d’assurer l’avenir de votre
revue Silence. Le Fonds de dotation de Non-violence XXI peut recevoir
des legs pour le compte de ses membres dont Silence. Vous pensez
à un legs pour la non-violence ? Vous connaissez une personne qui
envisagerait de faire un legs ou bénéfice d’assurance-vie, n’hésitez pas à
vous renseigner auprès de Non-violence XXI : coordination@nonviolence21.
org ou tél. : 01 45 48 37 62
.

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Disponibilité