Éditorial Alternatives

La désindustrialisation comme opportunité !

La rédaction

Après un siècle faste de fort développement industriel et minier, le département de la Loire est frappé dans les années 1970-1990 par une désindustrialisation massive. Celle-ci produit son cortège de tristes conséquences : chômage et paupérisation d’une partie de la population, dégradation de l’immobilier, effondrement démographique [1]. C’est que, dans une société ne vivant que par la croissance, l’arrêt des activités économiques produit d’abord des effets douloureux. Ainsi, à Saint-Étienne, dans le quartier du Crêt-de-Roc, on peut observer les mécanismes habituels du marché de l’immobilier, les stratégies d’urbanisme des pouvoirs publics, des signes de gentrification, mais aussi des dynamiques populaires, l’installation de familles à faibles revenus dans des logements agréables, la vivacité des jardins ouvriers… En milieu rural, sur des lieux industriels désertés, au nord et au sud de Saint-Étienne, anciennes et nouvelles populations cherchent en tâtonnant, entre discordes et alliances, à accueillir activités artistiques et artisanales, écovillages, modes de vie décroissants… Un fourmillement d’initiatives dont quelques-unes seulement sont présentées dans ce dossier : une invitation à aller découvrir les autres sur le terrain ?

Silence existe grâce à vous !

Cet article a été initialement publié dans la revue papier. C'est grâce à vos abonnements et à la vente de la revue que nous pouvons continuer à proposer des alternatives à la société consumériste et destructrice actuelle. Sans publicité, sous forme associative, notre indépendance et notre pérennité dépendent de votre engagement humain et financier !

S'abonner Faire un don Participer

Notes

[1Après une forte baisse dans les années 1990 puis une faible remontée, le département a aujourd’hui la même population qu’en 1980. Mais les grandes villes (Saint-Étienne, Roanne, Saint-Chamond et Firminy) continuent à se dépeupler.

[2Après une forte baisse dans les années 1990 puis une faible remontée, le département a aujourd’hui la même population qu’en 1980. Mais les grandes villes (Saint-Étienne, Roanne, Saint-Chamond et Firminy) continuent à se dépeupler.

[3Après une forte baisse dans les années 1990 puis une faible remontée, le département a aujourd’hui la même population qu’en 1980. Mais les grandes villes (Saint-Étienne, Roanne, Saint-Chamond et Firminy) continuent à se dépeupler.

Disponibilité