Numéro 420 - février 2014


Quand jardiner soigne

Quand on est en situation de maladie ou de souffrance ce n’est pas forcément de pilules et de gélules qu’on a besoin. Depuis quelques années, la pratique du jardinage thérapeutique a fait son apparition en France. Silence est allé rencontrer les pionniers de cette manière de se soigner au contact de la nature, et a enquêté dans des lieux qui accueillent des personnes blessées ou malades, jeunes ou âgées. Y a-t-il un jardinier dans la salle ?

Le jardin comme acteur du soin (Denis Richard)

Un jardin de petits miracles (Alice Le Roy)

Des jardins pour mémoire (Marie-Pierre Najman)

Se soigner à la ferme (Rebecca Bilon)

Dossier coordonné par Guillaume Gamblin

• Articles

Décoloniser notre regard sur les cultures africaines (Propos recueillis par Rebecca Bilon)

50 % de nucléaire en 2030, ça veut dire quoi (Michel Bernard)

Les jeunes ne kiffent plus la voiture (Francis Vergier)

Comment les agrocarburants détruisent l’Amazonie (Eva Timone-Martinez)

Ce que pensent certains agriculteurs familiaux du soja en Amazonie (Eva Timone-Martinez)

Partenariats public-privés : ce sont les entreprises qui gagnent (Michel Bernard)

Vélo : le casque doit rester facultatif (Francis Vergier)

• Chroniques

Jouer avec le vent (Michel Scrive)

On filtre nos eaux usées avec des lombrics
(On passe à l’acte)

Un nouveau label « écolo » pour les cantines (Pascale Mugler - Reporterre)

Une bombe nucléaire sur Lyon ? (Dominique Lalanne)

Catastrophe de Fukushima (Michel Bernard)

• Brèves 

Alternatives • Agri-bio • Femmes, hommes, etc. • Climat • Environnement • Santé • OGM • Paix • Nucléaire • Énergies • Société • Politique • Vélo • Nord/Sud • Annonces • Agenda • Courrier • Livres

• Éditorial

Prendre soin des plantes, prendre soin de soi

Quand nous sommes en situation de maladie ou de souffrance ce n’est pas seulement de pilules et de gélules dont nous avons besoin. Nous sous-estimons parfois le pouvoir de transformation et de guérison du contact avec la nature. 

Depuis quelques années, la pratique du jardinage thérapeutique a fait son apparition en France. Lentement, elle se diffuse au sein d’institutions qui sont en charge de l’accueil d’enfants, d’adultes ou de personnes âgées, malades ou touchées par des atteintes physiques ou mentales. Des hôpitaux comme des maisons de retraite se sont ainsi mis au travail. Les résultats sont parfois étonnants. Comme si prendre soin de la terre, des plantes, était également une manière de prendre soin de soi. 

Ce sont parfois des paysans eux-mêmes qui se lancent dans l’accueil de personnes fragilisées ou blessées par la vie. C’est là que l’on voit que le travail du paysan, c’est aussi l’entretien de la terre et de la relation nourrissante avec le vivant.

Silence est allé rencontrer les pionniers de cette manière de se soigner au contact de la nature, et a enquêté dans des lieux qui accueillent des personnes blessées ou malades. 

Y a-t-il un jardinier dans la salle ?

Guillaume Gamblin