Numéro 399 - mars 2012


A votre santé ?

La mouvance écologiste dont Silence fait partie promeut les médecines naturelles comme alternative aux médecines de synthèse « classiques ». Ce dossier veut interroger également le pouvoir de la médecine dans son ensemble et le rôle que jouent les médecins dans nos vies. Peut-on se soigner sans médecins ?

Maladies : des enjeux politiques ? (de Nadia Donati)
Les médecines contre la santé ? (de Serge Mongeau)
La dégradation de notre environnement met en péril notre santé (Dominique Belpomme, vue par Anne Trottmann)
Efficacité thérapeutique - Quelques notions de base (de Richard Monvoisin)
Ordonnance pour la santé au naturel (de Jean-Pierre Lepri)
Pourquoi la maladie ? (de Jean-Pierre Lepri)
Comment la santé devient un facteur pathogène... (de Marie-Pierre Najman)

Alternatives locales

Le Galoupio (de Mélité et Uto)

Transition

Les Ekovores (de Francis Vergier)

Alternatives

Le cirque comme pratique féministe (de Guillaume Gamblin)

Fukushima

Un an après le début de la catastrophe (de Michel Bernard)

brèves

Alternatives
L’arme "politique" nucléaire ? (de Dominique Lalanne)
Paix
Politique
OGM
Environnement
Santé
Énergie
Nucléaire
Société
Climat
Nord-Sud
Femmes, Hommes, etc.
Y a-t-il de l’eau dans l’évier (de Léo Sauvage)
Agenda
Annonces
Courrier
Livres

éditorial

Malades... de la "santé"

"Tout être bien portant est un malade qui s’ignore", disait déjà, en 1923, le Dr Knock de Jules Romains. Qu’en serait-il de la proposition inverse : « tout malade est un bien portant qui s’ignore » ? Autrement dit, quelle est notre part d’autonomie dans notre santé face à un milieu médical qui aujourd’hui impose son point de vue, ses méthodes — parfois même ses maladies ? Peut-on penser une médecine sans domination ?

Sans doute, les savoirs du monde médical sont des ressources pour établir ses diagnostics... mais pourquoi chacun n’aurait-il pas, ensuite, le choix de ses méthodes thérapeutiques ? Et peut-être aussi, pourquoi vouloir vivre comme l’être "en forme" que nous vante la publicité de l’industrie pharmaceutique ? Est-ce que tout est "réparable" ?

La "santé" — qu’il s’agisse de personnels, de centres, de soins ou de produits... — fait trop souvent référence à la maladie et à son traitement. Le débat s’enferme alors entre public et privé, médecine conventionnelle et médecines alternatives, chimie pharmaceutique et produits naturels...

Ce dossier de Silence montre que le doute est nécessaire en matière de "santé" aussi.

Il s’agit de prendre conscience des enjeux et des conflits dans ce secteur, entre ceux qui prétendent tout soigner et ceux — souvent les mêmes — qui nous polluent.

Une "bonne santé" ne saurait se conserver au sein d’un environnement pollué. L’action doit-elle porter plutôt sur le choix personnel de nos soins... ou bien sur notre implication — politique et collective —, pour faire cesser la dégradation de notre environnement et de notre santé ? Ou sur les deux ?

Voici, plus que des recettes de santé, la contribution de Silence à une « saine » réflexion...

Jean-Pierre Lepri et Michel Bernard