Les murs, médias alternatifs

Les murs, médias alternatifs

Les contre-écritures des peuples
La Croix-Rousse à murs (c)ouverts
L’affichage de la parole contestataire. Le cas des murales d’Orgosolo (Sardaigne)
Polyphonie sur les murs de Montevideo. La lutte contre les usines de pâte à papier
Peintures de guerre. Irlande du Nord, Pays basque

douche froide à Copenhague

Mobilisation à poursuivre (entretien avec Cyrielle den Hartigh)

roue libre

Entre deux Altertours, c’est encore l’Altertour (de Josiane Coelho et Dominique Béroule)

nucléaire

Quand une écureille bloque les trains (entretien avec Cécile Lecomte)

portraits sensibles

Brésil : le mouvement des sans-terre fête ses 25 ans (de Bertille Darragon)

musique

Imbert Imbert, débat debout (entretien avec Imbert Imbert)

Brèves

alternatives
du vert dans les oreilles
environnement
éducation
climat
société
Bidoche
Identité, un papier
nord/sud
politique
femmes
Sexisme mis à nu
nucléaire
Les effets secondaires du CERN
énergie
Mauvaises infos sur les lampes fluocompactes
décroissance
santé
agenda
annonces
courrier
livres

Éditorial

Murs, murs…

Des parois de la caverne aux dazibaos(1), de la tapisserie à l’épigraphe(2), de la fresque(3) à l’affiche…, de tout temps et en tout lieu, l’humain a utilisé le mur pour exprimer ses peurs et ses espoirs, sa vision de la vie et du monde. Au-delà du sens, en soi, qu’est tout mur, l’humain en a fait le support d’autres sens – et à travers ces sens seconds celui, sans doute, de son propre sens d’humain. Les pouvoirs en place, quels qu’ils soient, autorisent, monopolisent ou interdisent l’affichage ou les inscriptions1, les contrôlent. Les contre-pouvoirs les détournent, les lacèrent, les recouvrent, ou s’y expriment à leur tour. Mots ou images, les « discours » des murs, tour à tour, balisent, annoncent, dénoncent, enjoignent, résistent… Les murs prennent alors le rôle qu’on veut bien leur faire jouer : social, politique, économique, identitaire, érotique, poétique…
Si, dit-on, « les murs ont des oreilles », ils (s)ont donc surtout une bouche. Alors, que mur-murent les murs à mes oreilles ?… si mes oreilles n’ont pas de murs ?

Jean-Pierre Lepri

1. Ou « tatzupaos » : journaux muraux chinois. Dans la Chine impériale, vers 1500, les citoyens mécontents avaient le droit d’écrire des affiches pour critiquer l’administration. Cette faculté a été utilisée notamment par Mao Zedong, lors de la Révolution culturelle de 1966. En 1979, le pouvoir chinois met fin à cette presse libre. En France aussi, de nos jours, l’affichage est interdit… sauf là où il est autorisé (par qui ? à qui ? où ? quand ? de quoi ? moyennant quoi ? …).
2. Inscription gravée sur un monument.
3. Technique de peinture murale sur un enduit encore frais (« fresco » en italien) ; les pigments pénètrent ainsi dans la masse. La peinture doit donc être réalisée très rapidement, entre le moment de la pose de l’enduit et celui de son séchage. De nos jours, « fresque » désigne plutôt toute peinture sur un mur – et non cette technique.