Numéro 338 - septembre 2006


Technologies contre autonomie

Les pièges du système technicien (de Vincent Peyret)
Technofolie, techno-utopie (de Gregg West)
Technologies, par quel bout commencer ? (de Daniel Julien)
Répondre aux lieux communs de la croissance et du progrès (Renseignements généreux)

Paix

Nouvelle course aux armes nucléaires ? (de Francis Vergier)

Migrations

Faut-il diminuer l’empreinte ethnique ? (d’ Eric Ledru)

Paris/ Solidarités locales

Ecobox (de Michel Bernard)

Paris/ Médias

Co-errances (de Michel Bernard)

Paris/ Enfants

Cafézoïde (photos de Pierre-Emmanuel Weck)

Brèves Paris

Habitat sain
Librairies / Médias
Education

Brèves

Alternatives
Paix
Politique
Femmes
Santé
Nord-Sud
Société
Environnement
Energies
Nucléaire
Annonces
Courrier
Livres

Editorial

Critique de la technique

Technique de la critique

Opposition au nucléaire, aux OGM, aux nanotechnologies ; critique de l’utilisation de la voiture, des téléphones portables : la critique anti-industrielle occupe une place importante dans Silence et plus largement dans le milieu “écolo” ou “alternatif”. Par ailleurs, la revue est réalisée avec l’aide d’ordinateurs, les panneaux solaires tant promus sont produits industriellement grâce aux nanotechnologies, les pièces des vélos que nous utilisons ont été fabriquées � l’autre bout
du monde, l’utilisation d’Internet est très répandue parmi les militants…
Ce paradoxe est souvent utilisé par nos détracteurs pour discréditer nos critiques et pour légitimer le développement de toutes les nouvelles technologies. Nous pourrions certainement beaucoup écrire sur nos incohérences (1) et travailler à les réduire, mais ceci ne changera certainement pas beaucoup les choses.
De même, autant il semble nécessaire aujourd’hui, afin de donner du poids à nos arguments, de développer des techniques favorisant plus d’autonomie, comme les Safti (2) ou les technologies intégrées, autant ce n’est pas suffisant.
Les dernières avancées technologiques (et notamment toutes les perspectives des technologies convergentes) font planer encore un peu plus de menaces sur notre santé et nos libertés. Notre simple fuite de ce système, par une autonomisation, ou son contournement ne sauraient suffire à casser la machine.
Il nous faut agir sur ce monde, ce qui implique bien souvent, utiliser les outils de ce monde. Veillons toutefois à garder le seuil critique nécessaire.

Vincent Peyret

(1) Voir le dossier du numéro 327 et les nombreuses réactions dans les numéros suivants.
(2) Safti, système à faible technologie incorporée, voir “Décroissance : conceptualiser pour avancer sur un terrain solide” de Daniel Julien dans Silence n°325/326.