Numéro 337 - juillet 2006


Alternatives à Paris

Paris à vélo
Le Barbizon
La Passerelle
Un maire Vert au centre de Paris
Union pacifiste de France
Le Picoulet
Le grand don
Les boutiques pédagogiques
Bébés en vadrouille
La Piñata
Radio Libertaire, la plus rebelle des radios

Alternatives

La Terre pour Silencieux (de Véronique Lechevallier)

Tchad

Françafrique toujours debout (d’Odile Tobner)

Tchernobyl

Dire où il fallait le dire (de Christophe Goby)

Brèves

Vu de l’intérieur
Alternatives
Santé
Politique
Femmes
Nord-Sud
Paix
Société
Energies
Nucléaire
Environnement
Annonces
Courrier
Livres

Editorial

Capitale

Paris reste la seule ville de France où l’on peut encore voir circuler de grosses voitures avec chauffeurs et même parfois gardes du corps. Paris est aussi la ville où une élite peut se déplacer en hélicoptère pour rejoindre sa chaumière normande le week-end. C’est que Paris regorge d’une population extrêmement riche qui peut se permettre des pratiques dignes d’un baron de la drogue colombien ou d’un dictateur africain.

Eh oui, la capitale est le lieu de concentration du pouvoir et donc du capital. Le sommet du capitalisme.

Une ville qui se caractérise par son extrême hiérarchie, du centre vers la périphérie, de l’ouest vers l’est.

Paris, ce sont aussi les tentes de Médecins du monde sur les trottoirs pour héberger les sans-logis. Car Paris ce sont aussi les plus pauvres qui vivent des miettes du gâteau, le mirage aux alouettes.

Vous ne serez pas étonné en lisant ce numéro de découvrir que les multiples adresses que nous vous donnons sont situées plutôt en périphérie et à l’est de la ville. Là où le peuple résiste comme il le peut à la pression immobilière.

Celle-ci rend les alternatives possibles rares. Comparativement à sa population, les personnes qui arrivent à vivre leur passion sont peu nombreuses et un grand nombre ne peut que se contenter de résister au sein de très nombreuses associations. Pour passer à l’alternative, il faut souvent s’exiler soit de l’autre côté du périphérique (1), soit plus loin à la campagne… Ce n’est sans doute pas un hasard si dans les nombreuses alternatives présentées dans d’autres numéros régionaux nous rencontrons un nombre important d’anciens Parisiens.

Michel Bernard

(1) Nous devrions revenir d’ici deux ans dans la région pour un numéro consacré au très riche département de Seine-Saint-Denis.