Menu:

Revue de presse

France Inter, Carnets de campagnes de Philippe Bertrand, 11 octobre 2017.

Citation de la revue n°460 - Les élections municipales à mi-mandat.

Lien vers le site de l'émission.

 

Les revues du mois du Monde Diplomatique - Octobre 2017

https://www.monde-diplomatique.fr/revues/2017/10

 

France Inter, Carnets de campagnes de Philippe Bertrand, 4 septembre 2017.

Citation de la revue n°436 - Alternatives à La Réunion.

Lien vers le site de l'émission.

 

Sur le site de Superphénix, les antinucléaires sortirent du silence.

Article sur le site de "Le Zephyr" : http://lezephyrmag.com/libre/cold-case/retour-sur-le-site-superphenix-ou-les-antinueclaire-sortirent-du-silence/

 

Un article du Monde paru le 18 février 2016 rappelle que c'est suite à une rencontre avec Silence que s'est mise en place la ZAD de Notre-Dame-des-Landes :

"Mais c’est en 2009 que la lutte contre l’aéroport prend un tournant décisif. Après une rencontre avec la revue Silence, les opposants « historiques » de Notre-Dame-des-Landes invitent le premier camp action climat français. Des centaines de militants y affluent. « Très rapidement, il y a une émulation énorme dans le camp. On perd un peu la main sur ce qui s’y passe, ce sont des individus très indépendants, tout se décide en AG », se rappelle Dominique Fresneau, de l’Acipa."

Voir l'intégralité sur : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/02/18/notre-dame-des-landes-petite-histoire-de-la-plus-vieille-lutte-de-france_4868063_3244.html

 

France Inter - Terre à terre de Ruth Stégassy

Télécharger le mp3
Lien vers le site de l'émission

 

Le retraité du Rhône, n°222, Décembre 2015.

Télécharger l'article en jpg.

 

Villages, n°124, été 2015.

Télécharger l'article en jpg.

 

Transrural Initiatives, n°440, novembre 2014.

Télécharger l'article en PDF.

 

Rebelle-Santé, n°170 Novembre 2014.

Télécharger l'article en PDF.
Le site de Rebelle Santé.


Politis
, 2 mai 2014.

Télécharger le pdf de l'article.



Fondation Sciences Citoyennes
, 14 janvier 2014.

Article de Jacques Testart paru dans le numéro 418.

 

France Culture, Terre à terre de Ruth Stegassy, 11 janvier 2014.

Télécharger l'émission en mp3 (51,6 Mo).


France Inter, Carnets de campagnes de Philippe Bertrand, 8 janvier 2014.

Citation de la revue n°419 - Alternatives en Picardie à propos de « L’Ecume du jour », bistrot restaurant associatif à Beauvais. (www.ecumedujour.org)

Lien vers le site de l'émission.

 

Blog de Jean-Michel Lacroûte

Article du 6 janvier 2014.

Article du 6 septembre 2012.

 

L'Atelier de Charenton

Lien vers l'article.

 

Le Ravi, n°112, Novembre 2013

Article sur la rencontre de la presse pas pareil.

Etopia - Centre d'animation et de recherche en écologie politique.

Article de Michel Bernard à lire dans son intégralité sur leur site.

 

L'Âge de Faire, n° 80, Novembre 2013

Article sur "la presse pas pareille".

 

Le Ravi, n°111, Octobre 2013

Album Panini de la "presse pas pareil".

 

Politis, n°1272, Octobre 2013

Article sur la rencontre de "la presse pas pareille".

 

Article au sujet de la 1ère rencontre nationale de la Presse pas pareille, organisé le 28 septembre dernier à Marseille, où Silence était présent avec Michel Bernard : http://echodescollines.tumblr.com/post/66177008614


Le Mouvement Utopia est un mouvement politique transpartis (EELV, PS…).
Il vient de publier un rapport (86 pages) sur "les nouvelles formes contemporaines de l'engagement politique en Europe", qui essaie de faire le tour d'un certain nombre de démarches innovantes.
Parmi les médias écrits, seuls deux exemples sont cités : une revue espagnole (Viento Sur proche du mouvement des Indignés) … et Silence qui est présenté ainsi :

"Nous évoquerons ici quelques revues sélectionnées pour leur nature militante et innovatrice, qui tentent de tracer un nouveau chemin à gauche.

Éditée depuis 1982, la revue S!lence, si elle n'a jamais atteint un lectorat très important, a réussi à se maintenir et à devenir une publication respectée pour sa qualité et sa probité. Cette revue qui a commencé en tant que publication locale dans la région lyonnaise se résume en trois mots « écologie, alternatives, non-violence » et se fait la voix des mouvements écologistes alternatifs de France. Militante, la revue est d'ailleurs largement rédigée par des équipes de bénévoles et sa gestion est unique en son genre : temps partiel et rémunération égale pour tous les salariés, représentation des militants bénévoles et d'associations soutenant la revue dans le conseil d'administration, application stricte des normes écologiques dans le cadre de la rédaction et de l'impression, qui va jusqu'au refus de la vente en kiosque pour éviter le gâchis de papier. La philosophie de la revue est relativement libertaire, et cette revue, en contraste avec Politis, ne se mêle pas de la politique électorale, concentrant son intérêt sur la politique « par le bas » : les mouvements sociaux, les alternatives locales et les nouvelles idées. Leur procédé de reportages sur les alternatives région par région leur donne une finesse et une exhaustivité dans le recensement des initiatives écologiques locales qui n'est égalée par aucune autre publication".


Interview de Guillaume Gamblin par la Radio Television Suisse Romande

Site internet de la RTS

Interview (7,8 Mo)


Transrural Initiatives, 425 mars 2013.

Télécharger le pdf de l'article.


 

Le Ravi, n°104, Février 2013

Tribune de Michel Bernard.

 

Le Monde, 09 Décembre 2012
"Mais comment faisait-on avant Internet ? Et peut-on s'en passer ? C'est la question évidente et pourtant inattendue que pose le mensuel Silence dans son numéro de décembre. Publié depuis 1982, à Lyon, c'est le plus ancien journal écologiste en France. Il maintient depuis l'origine le cap d'une écologie radicale et non violente. Il a souvent ouvert les chemins nouveaux de l'écologie en lançant, par exemple, le thème de la décroissance en 2002.

Mais pourquoi se passerait-on d'Internet ? Parce que, selon les écologistes lyonnais, « Internet n'est pas soutenable » : la Toile consomme autant d'énergie que le transport aérien, l'industrie numérique « pille sans vergogne » des matériaux de plus en plus rares, et « le Web s'est révélé un atout formidable pour l'hégémonie de la finance et la marchandisation du monde ». Alors, « si nous avions vraiment le choix, utiliserions-nous autant lnternet ? »

lls ne se contentent pas de se poser la question, ils expérimentent un journal sans Internet. Le numéro relate une conférence de rédaction où les journalistes réfléchissent à la façon de procéder. C'est tout sauf simple. Les auteurs n’envoient plus leurs articles sur papier ou disquette, tout comme les lecteurs pour leurs lettres ou les petites annonces. L'essentiel des échanges s'opère maintenant par courriels.

On trouve aussi énormément d'informations sur la Toile, dont il faut se passer. Mais si on se limite aux médias classiques, observe un journaliste, « on s'aperçoit vite que l'on y trouve surtout des informations qui viennent "d'en haut", des institutions, de la communication industrielle ».

La question se pose aussi à propos du nerf de la guerre, car toute la gestion des abonnés passe par Internet, ainsi que les relations avec la banque. Peut-on perdre le paiement en ligne, qui fait 10 % du chiffre d'affaires ? On peut travailler par la poste, le téléphone, les réunions. Mais... comment organiser les réunions sans courriel ?

Les journalistes constatent que, « sans Internet, sans pétrole, on aurait sûrement plus à faire à planter nos carottes qu'à éditer Silence. C'est très difficile de n'envisager la société que sous un seul critère ». Et « aujourd'hui, c'est beaucoup plus compliqué d'arrêter d'utiliser Internet alors que tout le monde fonctionne avec ».

Le journal a néanmoins tenté l'expérience - du moins pour la partie rédactionnelle. Le numéro de décembre se lit ainsi agréablement, et le lecteur ne se rend guère compte de l'absence d'internet dans la réalisation des articles.

Mais, conclut la rédaction, « essayer de décélérer seul dans un monde qui, lui, vit avec lnternet a été un handicap certain... Et finalement cela a demandé de nombreuses heures supplémentaires et pas mal de stress. On ne peut guère s'échapper seul ! Dès le mois prochain, on rentre dans le rang ! »

Fin de l'histoire ? Pas tout à fait. Silence a interrogé « par courrier et par téléphone » un spécialiste des nouvelles technologies, Fabrice Flipo. Il explique que, selon l'Observatoire du numérique, le trafic mondial va quadrupler entre 2011 et 2016, pour atteindre 300 milliards de gigaoctets. « Ce qui est probable, note M. Flipo, c'est que l'on va aller vers des coupures ou des ralentissements épisodiques, du fait de l'accroissement extrêmement rapide du nombre de données transportées, qui met au défi les opérateurs, privés ou publics, de parvenirà augmenter la capacité du réseau dans les mêmes proportions. »

Tous sur Internet. Certes. Mais préparez-vous aux embouteillages...
HERVÉ KEMPF

 


Article du site Les Deconnectés,
http://lesdeconnectes.wordpress.com/2012/12/14/encadre-publier-une-revue-sans-internet-cest-possible-2/

 

Intervention de Guillaume Gamblin sur Radio CFM,
http://cfmradio.fr/podcast/vivre-sans-internet/

Biocontact, n°213 - mai 2011

Parution de la tribune de Michel Bernard dans le numéro de mai. Télécharger le PDF ici.

 

Le Monde, 11 août 2010

"A mi-chemin entre le journal, la revue et l'expérience militante, S!lence mérite la palme de la ténacité : lancée en 1982 au moment d'un vif reflux de l'écologisme en France, elle a toujours assuré une parution mensuelle marquée par un dossier thématique complété d'une multitude de petites informations. S!lence a bien souvent été la première à repérer des thèmes émergents dans la communauté écologiste radicale avant de connaître une assez large fortune publique. Elle a ainsi lancé la thématique de la décroissance, en février 2002, reprise avec succès ensuite par le journal La Décroissance, lancé en 2004. S!lence diffuse près de 5 000 exemplaires, surtout par abonnements."

Par Hervé Kempf

Suite de l'article.

 

Article du site de L'école démocratique,
http://www.skolo.org/spip.php?breve545

 

Article du site La Vie des idées.fr, où la revue Silence est citée comme référence : www.laviedesidees.fr/Amalgames-sur-les-Amap.html

 

Le journal de la CNT-Education "N'autre école" a réalisé une petite recension du n°376. Vous pouvez consulter la publication en ligne sur www.cnt-f.org/nautreecole/ dans la rubrique : Feuilleter le dernier numéro / N'autre école numéro 26 (page 74).

 

L'article du n°379 sur les déboulonneurs,"Au tribunal des flagrants délires publicitaires", sera quant à lui publié dans le numéro de septembre de "Liaison", la revue de Ile de France Environnement, avec mention de notre site.

 

L'article de Silence n°381 sur le groupe Quilapayun a été traduit en espagnol et publié sur le site officiel de Quilapayun : www.quilapayun.com. Lien direct vers l'article : www.quilapayun.com/medios/prensa/larevolucionylasestrellas.html

 

Non-violence Actualités, mai-juin 2010

Apprendre sans école… c'est possible et c'est le thème du n° 378 de la revue Silence du mois d'avril. Ce dossier n'est pas dirigé "contre" les écoles, petites ou grandes, mais témoigne que d'autres manières d'apprendre, des "alternatives" concrètes sont possibles.

 

Le Monde, 12 mai 2010

Un mot scandaleux : le rationnement. "Distribuer de façon limitée, mettre à la ration, restreindre la quantité." Quoi ? Nous rationner ? Horreur, atteinte à la liberté ! Non, toujours plus, toujours mieux, plus, plus, plus, on veut plus !

Les seuls à ne pas s'effrayer du concept sont les écologistes, enfin, ceux qui ne sont pas totalement grenellisés. Et dans la revue Silence de ce mois-ci, on lira un fort intéressant dossier sur le rationnement, réalisé par deux chercheurs des universités Lille-II et Paris-I, Luc Semal et Mathilde Szuba.

Ils ont exploré une contrée exotique, située outre-Manche, et dénommée Grande-Bretagne. Des groupes y réfléchissent aux conséquences logiques que l'on peut tirer de l'analyse du changement climatique et du pic pétrolier. Prévenir l'aggravation du changement climatique implique de réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre. Quant au pic pétrolier, il annonce la fin de l'énergie abondante à bon marché. Conclusion : "Une distribution rationnée de l'énergie semble la seule solution pour qu'une pénurie importante n'entraîne pas automatiquement une explosion des prix et des inégalités sociales."

Ils joignent le geste à la parole, et plusieurs tentent de vivre en n'étant pas responsables de plus de 1,5 tonne de gaz carbonique par personne et par an - environ cinq fois moins que la moyenne européenne. Les objecteurs de croissance britanniques notent bien que, si l'on n'entre pas dans une logique de rationnement choisi, l'ajustement se fera de manière foncièrement inégale, par l'inflation.

On peut aller plus loin. La crise économique qui se développe en raison de l'endettement financier, mais aussi écologique, est l'expression du heurt avec les limites.

A son corps défendant, le peuple grec l'expérimente de la manière la plus absurde : les "marchés" leur imposent un rationnement violent, des "marchés" qui parasitent l'économie sans se poser une seule seconde la question de leur propre rationnement. En fait, l'épisode montre, s'il en était encore besoin, qu'il n'est ni possible ni acceptable de proposer une logique de limitation si, dans le même temps, on ne reprend pas le contrôle sur les puissances financières, tout en posant des limites aux possibilités d'enrichissement personnel.

A cet égard, la proposition d'un revenu maximal admissible par le pôle écologique du Parti socialiste va dans le bon sens : le rationnement des riches est indispensable. On pourra leur offrir Vers la sobriété heureuse, de Pierre Rabhi (Actes Sud, 144 p., 15 euros), ça leur mettra du baume au coeur.

Hervé Kempf

 

France Inter, Carnet de campagne, 17 mars 2010

Télécharger le MP3 de l'émission (7 Mo - clique-droit, puis "enregister la cible sous…").

 

Revue Mouvements, janvier/mars 2010

Page 154

Extrait : […] Nous ne passons pas notre temps à nous positionner en opposition aux médias dominants. Nous sommes dans une démarche plus de propositions que de critiques et préférons présenter les nombreuses initiatives de médias alternatifs (presse, radio, internet…). Il s'agit de favoriser au maximum la circulation horizontale de l'information.

Lien vers le site des Éditions La Découverte.

 

Le Monde, mars 2010

Etats-Unis : les énergies renouvelables devancent le nucléaire

Deux facteurs y participent : la multiplication des sites de production de plus en plus grands et le rendement toujours plus important des équipements. Sans oublier la baisse du rendement nucléaire, due à un équipement vieillissant.

Intégralité de cet article sur Le Monde.fr.

 

Lyon Capitale, décembre 2009

Extrait de l'article "L'heure de la décroissance", de Slim Mazni et Laurent Burlet

Michel Bernard, l'un des (...) rédacteurs de la revue écologiste lyonnaise Silence, décrypte la galaxie décroissante : "Le premier niveau, partagé par tous, est celui de la décroissance individuelle autrement appelée par certains "simplicité volontaire". Le deuxième niveau est partagé par presque tous. Il concerne l'organisation collective et associative. Les AMAP en font partie. Au troisième niveau, les décroissants se déchirent entre ceux qui considèrent que le changement doit partir de la base pour remonter vers le haut et ceux qui pensent le contraire".

 

Humus, foire écobio.

Lien vers l'article.

Extrait :

"[…] une revue qui secoue les cocotiers écolos au milieu des baobabs de la pensée unique. Son nom, S!lence, est paradoxalement un cri pour ne pas crever la gueule ouverte."

 

Le Monde Diplomatique, Août 2009

Lien vers l'article.

Extrait :

"La revue écologiste Silence, créée en 1982 et diffusée à six mille exemplaires, a publié sans succès, en 1993, un tout premier dossier sur la décroissance, avec des extraits du livre fondateur de l’inventeur du concept, Nicholas Georgescu-Roegen. Il en est allé différemment lors de la seconde tentative, en 2002. Un colloque qui s’est tenu à l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) par l’association La ligne d’horizon - Les amis de François Partant, auquel participaient sept cents personnes dont M. José Bové, Ivan Illich et Latouche, avait fait émerger le concept. Le numéro fut un grand succès ; Silence a consacré ensuite plusieurs livraisons à la déclinaison de ce projet. « La décroissance est peut-être le thème du XXIe siècle, mais je n’en sais rien », tempère Michel Bernard, l’un des animateurs de la revue — basée à Lyon, tout comme La Décroissance."

 

Canard Enchainé, mercredi 1er avril 2009

Télécharger la version grand format.

 

Le Monde, 21 février 2002

"Nous sommes en 2002 après J.-C. Toute la Gaule est dominée par les idéologues de la croissance… Toute ? Non ! Une revue peuplée d’irréductibles écologistes résiste toujours à la pensée monolithique. Résistant à l’invasion de la société de consommation, la revue Silence propose de réduire la production de biens polluants au profit des relations humaines."

 

Politis, 27 mars 2003

"C’est toujours un plaisir de présenter la revue Silence : si elle a amélioré sa présentation, elle conserve jalousement son originalité, son côté « hors des sentiers battus, la vie est plus belle ».

 

Le Monde diplomatique.

"Face aux problèmes qui affectent la planète, la revue écologiste prône « la décroissance et la simplicité volontaire » (n°287, septembre 2002).

 

L’Ecologiste, juin 2002.

"La revue Silence a consacré un dossier très complet sur le bilan des écovillages, s’appuyant sur de nombreuses expériences et témoignages, avec un riche carnet d’adresses".

 

Le Canard Enchaîné, mercredi 4 septembre 2002.

"Si nous autres grands amis du progrès, de la démocratie et des pauvres, voulons que dans cinquante ans les dix milliards d’habitants de la planète bénéficient de notre niveau de vie (une bagnole, une villa sur la côte, cinq cents kilos de déchets par an et quatre heures par jour devant la télé), il nous faudrait, en gros, douze planètes, selon le calcul de François Schneider dans la revue « Silence » de février 2002. Du moins si l’on veut ne pas saloper irrémédiablement la Terre comme nous avons joyeusement commencé à le faire".

 

Jean-Luc Martin-Lagardette, Le guide de l’écriture journalistique (5e édition, 2003)

"Le magazine Silence publie dans son numéro d’été 2002 un Annuaire de la presse différente, qui recense des titres de toute nature impliqués dans la lutte sociale, la défense de l’écologie ou le respect des différences".

 

Histoire & Anthropologie, n°22, 2001.

"Tous les deux ans, dans son numéro d’été, la revue Silence publie la liste des revues dont elle connaît l’existence et qui peuvent vous intéresser ». Acrimed (Action Critique Médias), Observatoire des médias.    « Silence, sous-titrée : « Écologie – Alternatives – Non-violence » est une revue pour militants. On y parle ouvertement de tout, surtout de ce qui fâche. Silence est une des rares revues où l’on parle des problèmes liés au nucléaire (et il y en a…), à l’environnement, aux relations Nord-Sud… Une des seules également à nous informer sur les dérives militaristes internationales, les luttes pour les droits des Femmes, les alternatives énergétiques. Surtout, elle propose des gestes concrets pour « réduire notre impact sur la planète », en réfléchissant contre toutes les formes de pollution. Un journal à lire, même pour ceux qui ne veulent pas s’installer en Lozère pour faire du fromage de chèvre bio ». L’Œil électrique. « Cette revue, au sous-titre prometteur et programmatique « écologie, alternatives et non-violence », propose un dossier consacré aux Systèmes d’Échanges Locaux (SEL). Le dossier de Silence montre également la dimension européenne".

 

Le Progrès, 17 mars 2001.

"Silence : la revue de l’anti-pensée unique. La revue lyonnaise Silence garde le cap : donner la parole à toute initiative alternative, dans le domaine de l’environnement, de la démocratie, des droits de l’Homme". 

 

Lyon Capitale, 9 octobre 2002

"Silence. On vous conseille vivement la lecture de ce mensuel écologiste, alternatif et non-violent. Résolument militant".

 

Le Monde, 6 septembre 2002

"La revue Silence, centrée autour de l’écologie et de la non-violence, qui a soufflé cet été ses vingt bougies dans le Larzac, s’est essayée à une définition de cette presse « différente », en publiant un annuaire dans son numéro de l’été 2002. Elle y recense pas moins de 500 journaux qui constituent pour elle cette presse « alternative ». "

 

Le Guide du Routard du citoyen

"Comme le sous-titre, Écologie, alternatives, non-violence, l’indique, cette revue mensuelle se fait le relais de la défense de ces thèmes. Ecrite et éditée par l’association S!lence, on y retrouve une grande liberté de ton et de parti pris et ça fait du bien !".