Menu:

Numéro 458 - été 2017

Alternatives en Hautes-Alpes et Alpes de Haute-Provence

Mais aussi : BD : Le travailleur de la nuit •  Les dilemmes d'une écolo-mangeuse • Paris peut-il être neutre en émissions carbone ? •  Comment la société civile désarme le conflit basque • Simplicité volontaire : la vie de château … en Espagne • 56 Légers sur la Terre [en savoir plus…]

inscrivez vous à la siberlettre

Accueil

Numéro 320 - Février 2005


Numéro épuisé : téléchargement en PDF ici.

 

Ecologie et cultures alternatives

Ecologie et cultures alternatives (de Vincent Peyret et Mimmo Pucciarelli)

La culture comme des chaussures (de Matt Mahlen)

Culture où est-tu ? (de Madeleine Nutchey)

Culture ou barbarie (de Jean-Claude Besson-Girard)

 

Décroissance

Pétrole et géologie politique (d’ Yves Cochet)

Finances

Imaginer une banque transparente (de Michel Bernard)

OGM et nucléaire

Similitudes entre les combats (d’André Larivière)

nucléaire

Comment arrête-t-on un train? (photos de David Sterboul)

Energies

Bureautique et économies d’énergie (de Michel Bernard)

 

Brèves

Alternatives
Nucléaire
Energies
Environnement
Santé
Nord/Sud
Société
Annonces
Politique
Femmes
Paix
Courriers
Livres

 

Editorial

Biodiversité

Le seul point commun entre la culture et l'agriculture ne se limite pas aux navets. La monoculture qui détruit les sols détruit aussi les têtes. Et les OGM, organisation des grands médias, sont là pour nous dire comment penser.

Existe-t-il pour autant une ou des cultures alternatives et qu'est-ce que l'écologie peut apporter comme supplément d'âme dans ces tentatives d'expression autres. Que faut-il entendre par le mot "alternative" dans ce cas-là ? Que sortir de la marchandisation de la culture est possible ? Qu'une autre culture est possible ?

L'écologie nous apprend que plus un écosystème est diversifié, plus il est capable de se modifier et de s'adapter. A l'inverse, un milieu où règne la culture unique ne peut qu'aller droit dans le mur et s'écrouler.

Les cultures seraient donc alternatives uniquement au pluriel. Elles devraient également être non hiérarchisées, fonctionner en réseau, favoriser l'entraide, l'échange, les liens entre les groupes et les individus…

Cette réflexion sur la ou les cultures est peu abordée pour le moment dans S!lence. Nous avions amorcé ce débat dans le questionnaire diffusé auprès des lecteurs en 2003. Nous en donnons ici les réponses ainsi que les avis de quelques personnes proches de nous qui ont bien voulu semer sur le papier leurs idées. En espérant qu'au printemps, ces idées puissent germer.

Francis Vergier