Menu:

Chronologie d'une catastrophe

Août 2011

1er Août

  • Actualité météoconsult : C’est un super typhon qui a frappé le Japon ce dimanche. De catégorie 5 sur une échelle de 5, «Muifa» a soufflé à 300 km/h levant une houle importante, il se dirigerait maintenant au Sud vers Okinawa, mais sa trajectoire reste encore imprévisible. http://actualite.meteoconsult.fr/actualite/meteo/muifa---super-typhon-au-large-du-japon_13234_2011-07-31.php
  • Kyodo news : nouveau séisme de magnitude 6,4 prés de Shizuoka, légère montée des eaux attendue par l’agence météorologique. Réctifié à 5,9 le séisme à été évalué à 7 prés des municipalités de Higashiizu, Shizuoka et Yaizu, et à 4 prés des préfectures de Kanagawa, Yamanashi, Nagano et Shizuoka. http://english.kyodonews.jp/news/2011/08/106540.html
  • 10 Sv /h -Dix Sieverts par heure entre les bâtiments 1 et 2 dans des débris, c’est le relevé qui a été effectué récemment sans plus d’explications pour l’instant sur l’origine du «hot spot». De tels niveaux n’ont été atteint qu’a proximité des réacteurs quelques temps après le début de la catastrophe, quand les barres combustibles venaient de commencer à fondre.
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/08/01/niveau-record-de-radiations-mesure-a-fukushima_1555109_3216.html
    http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263536033660182&set=a.263535960326856.82993.232255093454943&type=1&theater
  • Le petit journal de la TEPCO présente le détail des opérations du jour avec des travaux de transfert d’eau à l’unité No 6, ses résultats d’analyse de l’air, et l’eau de mer en divers endroits du site. Mais aussi l’arrivée du système SARRY qui devrait palier aux défaillances du système de décontamination Kurion/AREVA.
    http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11080101-e.html
    http://bit.ly/p3NFQH

    http://bit.ly/omAqpy

    http://bit.ly/ngUTcw
  • NHK World english : les niveaux de césium relevés dans l’eau de mer près du réacteur No 3 n’ont pas augmenté,  le niveaux en césium 134 et 137 dépassent respectivement la norme 22 et 17 fois. Ce qui confirme une décrue, le césium 134 atteignait 20000 fois la norme en mai. Prés du No2 l’iode 131 n’est plus détectée alors qu’elle dépassait 7,5 millions de fois la limite en Avril. Au vu de ces résultats la TEPCO conclut que les fuites d’eau radioactive diminuent. http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_01.html
  • La TEPCO a également prévu dans son plan de mise en sécurité, la construction d’un mur bouclier pour empêcher les eaux radioactives de se déverser dans l’océan. Sur cette ébauche il est prévu que ce mur face front aux quatre bâtiments réacteurs et descende à trente mètres de profondeur pour atteindre une couche de terrain imperméable. http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263677413646044&set=a.263336700346782.82950.232255093454943&type=1&theater
  • NHK World english : les préfectures de Chiba et Tochigi vont procéder à des tests de radiations sur leurs riz avant commercialisation. Situées entre Tokyo et Fukushima ces préfectures sont les premières à annoncer des tests sur leur récoltes. La préfecture de Tochigi souhaite contrôler toutes ses parcelles avant le récolte qui commence en Septembre. http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_12.html
  • Japan Times : les interdictions de commercialisation de boeuf s’étendent désormais à la préfecture d’Iwate, située sur la cote Nord-est, avant dernière préfecture avant la septentrionale Hokkaido. Cette mesure à été prise suite au contrôle positif de six bovins, soient plus de 500 Becquerels par kilo. Toutefois cette interdiction pourrait être suspendue si de nouvelles mesures étaient conformes à la norme sanitaire en vigueur. http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110801x1.html
  • The Mainichi daily news : peu de perspectives s’offrent aux pêcheurs sinistrés, sur les 12 ports que comptait Onagawa, seuls 7 on été proposés pour un plan de reconstruction. Les fermes d’algues wakamé font l’objet de plus d’attention et ont bénéficié de plus de levées de fond pour assurer leur redémarrage et de bonnes récoltes la saison venue. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na009000c.html
  • Japan today : Yoshitaka Narita est le mieux placé pour parler de la crise de confiance envers le sushi, le marché à diminué de 50% après l’accident de Fukushima, actuellement il est encore de 30% inférieur à avant. L’entrepreneur de 54 ans fait confiance au gouvernement pour effectuer les contrôles nécessaires sur tout les poissons vendus au marché de Tsukiji. Pour David Brenner, directeur au Centre de l'Université de Columbia pour la recherche radiologique à New York, les risques sont faibles car dilués dans l’immensité des océans, c’est plutôt près de la côte et dans les rivières qu’il y a danger immédiat. Mais ces risques vont s’exprimer sur le long terme avec des doses qui mêmes faibles vont s’accumuler d’années en années dans les organismes, difficiles à appréhender pour les invétérés gourmets de poissons du marché de Tsukiji. http://www.japantoday.com/category/national/view/sushi-industry-hurting-from-radiation-scare
  • TFRinfo.ch : présente un reportage d’investigation sur la zone chaude de Fukushima, suivant des agriculteurs qui viennent ravitailler leurs troupeaux dont l’abattage avait été programmé, les journalistes suisses s’aventurent dans le village de Namié qui a été abandonné sans même attendre l’ordre des autorités, plus loin on aperçoit les cheminées de la centrale à 3 km. http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/3300320-le-grand-format-reportage-dans-la-zone-interdite-de-la-centrale-nucleaire-accidentee-de-fukushima.html#id=3300320
  • The Mainichi daily news : le parti democrate japonais (DPJ) veut clarifier la législation en matière de responsabilités partagées entre l’état et les fournisseurs d’ électricité, initiative qui fait l’unanimité au sein des autre partis approuvant la révision de textes vieux de 50 ans basés sur le mythe d’un nucléaire sûr. Seul le président du DPJ et également premier ministre Naoto Kan désapprouve, expédie ces révisions en voulant rejeter toute la faute sur la TEPCO, contrairement au projet de loi qui inclus des conditions de sauvegarde de l’opérateur. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na019000c.html
  • Asahi.com : en 1984 le ministère des affaires étrangères avait imaginé une attaque sur les centrales nucléaires, et simulé les pires scénarios. De la perte d’alimentation du circuit de refroidissement à la rupture de l’enceinte de confinement par une bombe guidée directement vers le coeur du réacteur. Un estimation fait état de 18000 morts, d’un rayon rendu inhabitable allant de 30 à 87 km autour de l’installation endommagée. Ce rapport est resté confidentiel et n’a pas été transmis au premier ministre, par crainte de fuites susceptibles de réveiller les velléités anti-nucléaires. http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201108015118
  • Le gouvernement japonais annonce que l'objectif de 15 % d'économie d'électricité dans le Nord du pays ont été atteint, en partie par le renoncement à la climatisation, à des températures un peu en dessous des moyennes, et à un ralentissement de la production industrielle.
  • TEPCO annonce avoir découvert entre les réacteurs 1 et 2, une zone où les compteurs de mesure qui peuvent alors jusqu'a 10 sieverts/heure, sont à saturation. Sur une telle zone, un ouvrier ne peut rester sur place que pendant moins de 2 secondes ! C'est le plus haut taux mesuré depuis le début de l'accident. Il pourrait s'agir des émanations du corium (cœur fondu) qui serait sorti de la cuve en alliages spéciaux.

 

2 Août

  • Les journalistes Takashi Hirose and Shojiro Akashi ont déclaré avoir engagé des poursuites pénales contre 32 personnes, incluant des cadres de la TEPCO, les ministres de l'éducation, des sports, des sciences et technologies, et les conseillers à Fukushima, en gestion de santé et risques radiologiques, dont Mr Shunichi Yamashita. Ils les accusent d’avoir désinformé leurs concitoyens et fait prendre de gros risques aux enfants. En réponse à une question d’un participant, l'un des journalistes rappelle également que les mesures des taux de Strontium 90 rejetés en mer ne sont pas effectuées par la TEPCO, contrairement au césium 134 et 137.
  • Le poisson péché au large de Fukushima est vendu à l’Ouest du pays à l’insu des acheteurs. http://www.youtube.com/watch?v=wt1p-tftdaU
  • Actualités news environnement : suite à la découverte d’une émanation radioactive à 10 Sieverts /heure sur une conduite entre les bâtiments 1 et 2, le fournisseur d’électricité s’est mis en quête d’autres points chauds susceptibles de mettre en danger ses employés. Cette conduite aurait permis à des gaz hautement radioactifs de s’échapper du coeur du réacteur après que celui-ci ai commencé à fondre, dès les premières heures qui ont suivi le tremblement de terre et le tsunami du 11 Mars dernier. http://www.actualites-news-environnement.com/26926-radiation-Fukushima.html
  • NHK World english : une source de radiation à 5 Sieverts par heure a également été détectée dans une pièce au deuxième étage du bâtiment réacteur N°1. La TEPCO explique ce niveau par le fait que des tuyaux traversant cette pièce, ont servi à la ventilation de matières radioactives du réacteur le 12 Mars. http://www3.nhk.or.jp/daily/english/02_32.html
  • Toujours à Fukushima Daiichi, la TEPCO a également déclaré avoir trouvé, samedi, 700 tonnes d’eau fortement radioactive dans les sous-sols, près de l’installation de stockage d’eau contaminée. Des niveaux élevés de césium 134 et 137, atteignant respectivement 19k Becquerels et 22k Bq ont été mesurés dans cette eau.
  • NewScientist : le récent séisme de 6,1, ressentit lundi près de Shizuoka a rappelé les craintes de l’opérateur de la centrale d’Hamaoka situé à 40km de l’épicentre. Lors de ce séisme la centrale n’a bougé que de 40 à 50cm par seconde (Gal), hors elle ne s’arrête automatiquement qu’à partir de 120 Gal et est construite pour supporter jusqu’a 300 Gal. Situé sur deux importantes failles sismiques, Naoto Kan premier ministre, avait exigé l’arrêt de cette centrale après le 11 Mars dernier, alors qu’après un séisme de 6,4 en Aout 2009, des équipements ont été endommagés et les réacteurs 4 et 5 arrêtés. http://www.newscientist.com/blogs/shortsharpscience/2011/08/japan-earthquake-gently-rocks.html
  • NHK World french : la NISA (agence de sûreté de l’industrie et du nucléaire) est une nouvelle fois mise en cause dans une affaire de trafic d’influence, lors d’un moratoire public sur le nucléaire dans la préfecture d’Ehime. C’est un ex-chef de département de la NISA qui a fait cette révélation, impliquant la compagnie d’électricité du Shikoku qui a mobilisé pour la cause ses retraités et des employés des ses filiales, auxquels ont été fournis des questionnaires et des arguments types.
  • The Mainichi daily news : la NISA réprimande la TEPCO pour des négligences dans la gestion de son personnel. Incapable de retrouver 180 employés pour effectuer des contrôles de dosimétrie, l’opérateur s’est également vu reprocher d’avoir engagé des employés avec une simple photocopie du permis de conduire en guise de contrôle. Dangereuse brèche dans les règles de sécurité encadrant le nucléaire permettant principalement d’éviter les vols de matières sensibles telles l’uranium ou le plutonium. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm012000c.html
  • The Mainichi daily news : le ministre chargé de la crise nucléaire Goshi Hosono, a annoncé que d’importants travaux de décontamination allaient commencer, en Septembre, à l’intérieur de la zone d’exclusion des 20 km, pour préparer le retour des personnes évacuées. Le ministre a ajouté que le savoir-faire acquis lors de tests permettait de lancer ces opérations sur une plus grande échelle. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm010000c.html
  • The Mainichi daily news : une station de mesure de la radioactivité à été implanté à Fukushima par une organisation indépendante, elle draine de nombreuses personnes insatisfaites des contrôles effectués par le gouvernement, quand il y en a. C’est en réaction aux informations de Mr Shunichi Yamashita, spécialiste patenté du gouvernement, défendant l’innocuité de doses inférieures à 100 milli Sieverts, que le groupe de volontaires à l’origine de cette initiative ont pour objectif de former désormais une organisme à l’image de la CRIIRAD française. Ils ont également diffusé des journaux dans 35 sites différents de Fukushima, tirés à 100 000 exemplaires, ils renseignent sur les moyens de se prémunir des radiations et contaminations. http://mdn.mainichi.jp/features/news/20110802p2g00m0fe093000c.html
  • la Croix.com : la contestation monte au Japon, «82 % des Japonais, toutes générations confondues, ont déclaré dans un sondage pour le Tokyo Shimbun souhaiter sortir du nucléaire», des critiques contre le gouvernement s’expriment de façon plus ouvertes et plus violentes. Les japonais ont réalisé grâce aux médias étrangers l’ampleur de la catastrophe nucléaire et les taux réels de contamination d’une partie de leur territoire. Le commencement de la fin d’années de lobbying pour tenter d’annihiler tout pensée contestataire. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/La-defiance-du-nucleaire-prend-de-l-ampleur-au-Japon-_EG_-2011-08-02-695165
  • NHK World english : l’université d’ Hiroshima va créer un comité d’une quarantaine de chercheurs pour effectuer une étude centrée sur les effets des faibles doses de radioactivité sur la santé. Ce comité va étudier trois thèmes, effets de l’exposition au faibles doses sur les gènes, réponses médicales aux expositions internes et expositions en cas d’urgences, et soutien à une enquête de santé menée par la préfecture de Fukushima. l’université déclare ne pas avoir de données sur les expositions en dessous de 100 milli Sieverts. http://www3.nhk.or.jp/daily/english/03_02.html
  • Yves Lenoir par un contact en Suisse, nous rapporte les vidéos du professeur Kodama, avec des sous-titres en Anglais, première traduction des originaux en japonais. Note: en cliquant sur CC en bas à droite du lecteur on peut choisir une traduction en français. Sans discréditer pour autant l’initiative de l’université d’Hiroshima, ne devrait-elle pas écouter les invectives du professeur Kodama,  nées de ses longues années passées à étudier les faibles doses en question ? (ndr).
    1re partie : http://www.youtube.com/watch?v=Dlf4gOvzxYc&feature=share
    2e partie : http://www.youtube.com/watch?v=mDlEOmcALwQ
    Ou textes en français sur bistro bar blog, transmis par Sabin Li.
    http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-13.html
    http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-23.html
    http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-33.html
  • EX-SKF : dans la région du Tôhoku (nord du Japon comprenant Fukushima) certaines petites annonces paraissent bien énigmatiques. Le tarif horaire attractif, l’absence de précisions sur les compétences requises, sur le lieu de travail, et la petite formation de 2 jours, laissent à penser à un recrutement sauvage de la sous traitance à plusieurs degrés, des dangereuses besognes pratiquées par le TEPCO. Avis aux amateurs. http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/wanted-20-healthy-males-who-want-over.html
  • The Japan Times online : les objectifs d’économie d’énergies ont été atteints pour le mois de Juillet. A la demande du gouvernement, les particuliers et les industries étaient sollicitées pour réduire leur consommation électrique de 15% pour éviter un éventuel «black-out » dans la région de Tokyo (le Kanto). la TEPCO à précisé que cela à été rendu possible grâce à un mois de Juillet plus frais et aux initiatives des constructeurs automobiles qui ont déplacé les planning de leurs activités vers les jours où la consommation était plus faible. http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110802a7.html
  • Asahi.com : les estimations de consommation d’électricité commandés par le gouvernement, pour la région couverte par la TEPCO, auraient été surestimées de 20%. En conséquences les demandes d’économie d’énergies de l’ordre de 15% faites aux usagers auraient été trop importantes voire inutiles. La TEPCO base ses chiffres sur la consommation des ménages dans des maisons individuelles plutôt que sur des habitations collectives moins gourmandes, et conserverait le secret sur ses données par peur de la concurrence. http://www.asahi.com/english/TKY201108010185.html
  • TEPCO a perdu le contact avec 180 sous-traitants dont on ne connaît pas les doses reçues. La sécurité est, comme on le voit, parfaitement organisée.
  • Le prix du riz a nettement monté au Japon du fait de l'interdiction de commercialiser une bonne partie de la récolte 2011. Il y a un fort mouvement de spéculation observé à la bourse de Tokyo sur cet aliment de base.

 

3 août

  • La Grande-Bretagne ferme son usine de Mox à Sellefield. Cette usine avait comme principal client les compagnies d'électricité japonaises. Le Mox (mélange uranium-plutonium) était présent dans le réacteur n°3 de Fukushima a titre expérimental. Il provoque une pollution pire que le combustible uranium en cas d'accident.

 

4 août

  • TEPCO annonce vouloir couler une chape de plomb là où la radioactivité a été mesurée à plus de 10 Sv/h. Seuls des robots peuvent effectuer ce travail.
  • Trois hauts responsables du nucléaire sont remerciés par le gouvernement japonais.
  • L'Autorité de Sûreté nucléaire française autorise la centrale de Cruas à relâcher de l'eau dans le Rhône à une température plus élevée que normale, sécheresse oblige. Normalement, si le débit du Rhône descend en-dessous du 500 m3/s, la centrale devrait être arrêtée. La dérogation baisse le seuil à 350 m3/s.

 

5 août

  • Le gouvernement allemand lance un appel d'offres pour la construction de 10 000 MW en éolien offshore dans la mer Baltique. Ces éoliennes fonctionneront avant 2020.

 

6 août

  • A l'occasion de la commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki, les discours au Japon ont tous fait le lien avec Fukushima pour demander le renoncement au nucléaire militaire et civil. Naoto Kan, le premier ministre, a une nouvelle fois demandé une sortie du nucléaire tout comme les maires d'Hiroshima et de Nagasaki. La plupart des quotidiens japonais titrent sur la sortie du nucléaire.

 

8 août

  • La Chine annonce la mise en route d'un réacteur à Lingao. La propagande se vante que cela équivaut à économiser en charbon l'équivalent C02 de 300 000 hectares de forêt. Le Réseau Sortir du nucléaire rappelle que la zone interdire autour de Tchernobyl a détruit 66 fois plus de surfaces en forêt !
  • TEPCO annonce une perte record de 5 milliards d'euros pour le 2e trimestre 2011. Un quart de cette somme a été utilisé sur le site de Fukushima, le reste du déficit provient des dédommagements versés aux victimes.
  • L'ONU vole au secours du nucléaire : Ban Ki-Moon, secrétaire national de l'ONU, en visite au Japon, a estimé sur la chaîne de télévision NHK que la sortie du nucléaire pour le Japon n'est pas évidente. Il a cru bon d'affirmer que le nucléaire restait un moyen efficace de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

 

9 août

  • Areva voit sa note baisser à BBB+ par les agences de notation en bourse.
  • Selon les autorités de la ville de Fukushima, seuls 300 enfants ont quitté les écoles depuis l'accident… ce qui indique que seulement un millier de personnes (sur 300 000) ont quitté la ville… alors que plus de 60 % souhaitent le faire.

10 août

  • 19h22 : nouveau tremblement de terre de magnitude 6,0 à quelques kilomètres de la centrale de Fukushima.

 

11 août

  • Cela fait maintenant cinq mois que les réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima échappent à tout contrôle, que la piscine du réacteur n°4 est refroidie sans cesse. La radioactivité sur le site est toujours intense et s'amplifie. A défaut de pouvoir arrêter quoi que ce soit, Tepco annonce la mise en place de chapiteaux sur les réacteurs pour confiner la radioactivité. Le gouvernement japonais n'a toujours pas pris la mesure de l'accident. Des millions de personnes vivent en zone hautement contaminée. Le gouvernement a publié une carte avec 500 000 mesures. Les associations indépendantes publient aussi leurs propres mesures… qui presque systématiquement sont plus élevées que les officielles. La pollution maritime a maintenant touché les côtes de Chine et de Russie…

 

12 août

  • La préfecture de Fukushima annonce que les cours de recréation de 584 écoles maternelles, primaires ou secondaires ont été nettoyées en profondeur… mais se demande que faire des 180 000 m3 de sols contaminés ainsi récupérés.
  • Le gouvernement veut dresser une carte précise de la contamination pour connaître les zones évacuées qui pourraient être décontaminées et réoccupées et les zones éloignées qu'il faudrait évacuer. La gestion de ce travail serait confiée… à Tepco ! Un conflit d'intérêt évident.

 

13 août

  • Le Monde rappelle que les interdictions de produits alimentaires sont nombreuses au Japon et que certaines interdictions de cueillette de champignons vont jusqu'à 360 km de la centrale.
  • En France, le ministère de la Santé annonce le renouvellement des stocks de comprimés d'iode. La France en dispose de 110 millions… au cas où. Mais, en cas d'accident, l'iode ne protège (au mieux) que de l'iode radioactif, pas des autres radionucléides libérés.

 

14 août

  • La télévision NHK annonce qu'une étude rendue publique par une équipe de l'Université d'Hiroshima sur 1149 enfants vivant dans la préfecture de Fukushima montre que la moitié d'entre eux avaient fixé de l'iode radioactive dans leur thyroïde fin mars 2011, dans les jours qui ont suivi l'accident. Les taux seraient toutefois restés inférieurs à ce qui est estimé nécessaire pour déclencher un cancer.

 

16 août

  • Le gouvernement japonais annonce la création de silos géants dans la zone contaminée pour y stocker les sols contaminés au fur et à mesure qu'ils seront collectés. Ces silos devront ensuite être surveillés jusqu'à la fin de la radioactivité (donc dans quelques milliers d'années).
  • Le gouvernement japonais annonce la mise en place d'une étude épidémiologique portant sur 20 000 femmes enceintes au moment de l'accident et sur la santé de leurs bébés.
  • Après de nombreuses défaillances, Tepco annonce la suspension du système de recyclage des eaux radioactives mis en place depuis le 17 juin, le temps de mettre en place une nouvelle technique.
  • Les Etats-Unis annoncent avoir détecté un nuage légèrement radioactif au-dessus de la Californie. Il contient notamment du Sulfur-35.

 

17 août

  • Pour la première fois depuis l'accident du 11 mars 2011, un réacteur arrêté pour entretien est autorisé à redémarrer : le réacteur n°3 de la centrale Tomari, située dans le nord du pays.
  • Un spécialiste du Japon, Pierre Souyri, dans Le Figaro explique que l'opposition au nucléaire s'exprime aujourd'hui dans les livres : plus de 150 ont été publiés sur la question depuis le 11 mars dernier… et ils sont en tête des ventes.
  • Tepco annonce qu'il ne pourra tenir son calendrier qui prévoyait que les réacteurs soient remis "à froid" en janvier 2012.
  • Le Réseau Sortir du nucléaire diffuse des documents internes au CEA datant du 20 mai 2011 concernant l'accident. On y apprend que des pressions de 8 bars ont été mesurées dans les enceintes de confinement… alors que les réacteurs dans le monde ont été conçus pour résister seulement entre 3 et 5 bars selon les pays.
  • Des associations japonaises ont lancé un appel au Haut commissariat des Nations Unies pour les Droits humains afin de constater qu'au Japon la décision d'exposer les gens à des doses de 20 millisieverts par an (au lieu de un habituellement), est une violation de leurs droits à vivre en bonne santé. Quand on connaît les positions de l'OMS et de l'AIEA au sein des Nations Unies, l'espoir d'avoir une condamnation du Japon est mince !
  • Dans un entretien à une télévision russe, le docteur Robert Jacobs de l'Institut pour la paix à Hiroshima estime que les récents tremblements de terre (6,4 le 31 juillet et 6,0 le 12 août) pourraient avoir contribué à élargir des fissures sous les réacteurs, ce qui expliquerait les forts taux de radioactivité qui remontent actuellement à la surface sous forme de vapeur sur le site de Fukushima.
  • Nouveau rapport de l'IRSN, Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire qui montre seulement que l'on est toujours dans une phase d'urgence et que la situation dans les réacteurs 1 à 4 de Fukushima n'est toujours pas maîtrisée.
  • Selon Tepco, les rejets ne sont plus aujourd'hui qu'au 100 000e de ce qu'ils étaient lors de leur maximum. Même si c'est vrai, cela fait encore un niveau important !

 

18 août

  • En réponse à une lettre signée de 359 élus alsaciens de tous bords, François Fillon rappelle que l'autorisation de prolonger la vie de Fessenheim est conditionnée par la mise aux normes réclamée par l'Autorité de sûreté nucléaire et que pour le moment le gouvernement n'a pas pris de décision.

 

19 août

  • 7h36 : fort tremblement de terre dans la région de Fukushima, magnitude 6,8. La centrale est évacuée en urgence, le temps de vérifier les niveaux de radioactivité.

 

20 août

  • La découverte de nouvelles viandes de bœuf contaminées fait que le gouvernement annonce l'obligation de maintenir l'interdiction de commercialisation de viande depuis la province de Fukushima. C'est le genre de discours fait pour faire croire que le phénomène va diminuer ! Comme si la radioactivité dans la viande allait disparaître en quelque mois ! Il y a encore des zones en Europe de l'ouest (Ecosse, Suède, Norvège) où certaines viandes ne peuvent être commercialisées, plus de 25 ans après l'accident de Tchernobyl.
  • Taro Nakayama, président de la commission de révision de la constitution envisage une modification de sa constitution pour pouvoir réduire la liberté d'expression en cas de catastrophe naturelle. Cela vise expressément le contrôle d'internet. Un moyen pour éviter que ne circulent les vraies infos sur la catastrophe nucléaire.
  • Des responsables des universités de médecine de Tokyo demandent la mise en place d'un suivi plus rigoureux des doses d'exposition à la radioactivité des populations, des sols et de la nourriture. Ils annoncent qu'ils commencent à avoir connaissance de cas de personnes ‒ surtout des enfants ‒ qui présentent des troubles de santé que l'on peut penser liés aux irradiations et à la contamination alimentaire.

 

21 août

  • Tepco annonce que les cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 sont maintenant maintenus à une température de moins de 100°C.
  • Le premier ministre Naoto Kan s'est rendu sur le site de Fukushima. Il y a annoncé qu'il fallait envisager que la zone des 20 km évacués et d'autres zones contaminées le soient pour de très longues années. Le gouvernement pourrait racheter les terres contaminées aux particuliers.

 

22 août

  • Selon la télévision NHK, 40 réacteurs sur 54 sont à l'arrêt. Un seul a redémarré après maintenance depuis le 11 mars 2011.
  • Naoto Kan, premier ministre, présente son projet de loi qui prévoit un achat à tarif préférentiel de l'électricité d'origine renouvelable. Cette loi doit permettre de construire pour au moins 30 000 MW en dix ans (soit 12 % de la production électrique totale d'avant l'accident nucléaire).

 

23 août

  • Un tremblement de terre de magnitude 5,9 dans la région de Washington (est des Etats-Unis), le plus fort depuis un siècle, a provoqué les arrêts d'urgence de deux réacteurs de la centrale de North Anna (Virginie) pendant quelques heures. Le réacteur a été construit en prenant l'hypothèse qu'un tremblement de terre ne peut dépasser 6,2 dans la région.

 

25 août

  • Selon le gouvernement japonais, les quantités de césium 137 relâchées par Fukushima sont 168 fois plus importantes que lors de la bombe atomique d'Hiroshima, 2,5 fois pour l'iode 131 et pour le strontium 90. Ces chiffres sont immédiatement contestés par des scientifiques.
  • Un 41e réacteur est arrêté au Japon. Il en reste 13 en fonctionnement.
  • Lors des journées d'été du Parti socialiste, Greenpeace déroule une banderole géante : "85 % des électeurs du PS sont pour la sortie du nucléaire, et vous ?".

 

26 août

  • L'ASN, autorité française de sûreté nucléaire demande que les critères de résistance aux séismes de l'EPR a Flamanville soient revus à la hausse. Pour le moment, l'EPR n'est conçu que pour résister à un séisme de magnitude 5,7… soit moins que celui qui vient d'avoir lieu aux Etats-Unis et évidemment bien moins que celui du 11 mars 2011 au Japon. EDF avait pris 5,7 en prenant comme comparaison un tremblement de terre de 1926 sur l'île voisine de Jersey qui avait atteint 5,2. Vouloir modifier maintenant la résistance de l'EPR, en construction depuis 2007 semble relever de la mission impossible.
  • Wikileaks publie des documents secrets qui indiquent que les centrales nucléaires chinoises ne disposent pas de système automatique d'arrêt d'urgence.
  • Le premier ministre japonais, Naoto Khan, démissionne.
  • Le gouvernement japonais annonce rebaisser les limites de radiation autorisées dans les écoles au niveau d'avant l'accident : un millisievert par an. Les cours d'école de la préfecture de Fukushima ont été raclées sur plusieurs centimètres pour enlever la plus grosse partie de la contamination. Greenpeace a fait des mesures pour vérifier l'efficacité du nettoyage : dans trois écoles, la radioactivité est actuellement 70 fois trop importante pour pouvoir respecter cette limite. Greenpeace rappelle que les enfants ne vivent pas que dans les écoles et que les rues et la nourriture sont aussi polluées.

 

28 août

  • L'ouragan Irene arrache une pièce métallique sur la centrale de Calvert Cliff (Maryland), lequel percute un transformateur et provoque l'arrêt d'urgence d'un des réacteurs.

 

29 août

  • Nouvelles données sur la pollution des cendres d'incinérateurs. On atteint 95 000 becquerels par kilo en césium dans la préfecture de Fukushima… et on dépasse encore les 8000 becquerels par kilo en césium dans ceux de Tokyo.
  • Yoshihiko Noda, ancien ministre des finances est choisi comme premier ministre par son parti. Dans son premier discours, il affirme ne pas croire à un Japon futur sans nucléaire.

 

30 août

  • La Suisse modifie sa position sur le nucléaire : si elle confirme l'arrêt des réacteurs existants, la loi a été modifié par un amendement qui laisse la porte ouverte pour de nouvelles générations de réacteurs…

 

> Suite (septembre)