Menu:

Index de la revue

Numéro 365 - Février 2009


Couverture du numéro 365

Numéro épuisé : téléchargement en PDF ici.


Villes vers la sobriété

Visite chez les cousins britanniques des objecteurs de croissance
Totnes, cœur et vitrine du mouvement
Sustainable Seaton, transition des champs
Exeter, ville à bas niveau de carbone
Bientôt en France ?

Un dossier de Luc Semal et Mathilde Szuba

 

 

Paris alternatif

Le Café Signes (Coco)

éducation

Résistance pédagogique (entretien avec Alain Refalo)

Tarnac

L'ordre ne règnera pas sur le plateau de Millevaches (Michel Lulek)

crise

Cultiver les projets fertiles (entretien avec Heloisa Primavera)

recrutement

Soyez idiot-e-s, rejoignez l'armée des clowns ! (Sous-capitaine Mogette)

carnet de Sébastien Valette

Longo Maï

voyage / des roues et rouets

Agir ensemble vers un but commun (Pablo, Tchandra et Julien)

 

 

Brèves

politique
vélos
habitat
alternatives
éducation
agri bio
santé
paix
environnement
nord-sud
climat
nucléaire
énergie
femmes
société

annonces
agenda
courrier
livres

 

 

Éditorial

Tout le monde descend

Depuis le rapport du Club de Rome en 1972(1), toute la classe politique sait parfaitement que nous ne pouvons pas continuer à exploiter autant la planète et que les ressources sont limitées et vont progressivement s'épuiser(2).

Les calculs faits autour de la notion d'empreinte écologique(3) montrent que nous consommons actuellement plus d'une planète, c'est-à-dire que celle-ci se renouvelle moins vite que nous ne l'épuisons.

Si du côté politique, cela n'a pas encore remis en cause les politiques générales, cela a été fortement stimulant pour les différents mouvements écologistes.

Alors qu'au Québec, c'est d'abord la question de la simplicité volontaire qui a été mise en avant(4), en France, depuis quelques années, c'est le concept de décroissance qui a pris le dessus(5). La simplicité volontaire relève d'une démarche individuelle alors que la décroissance a pour but d'influencer le collectif donc le politique.

Le concept de décroissance s'est depuis développé en Belgique, en Italie, en Suisse, en Espagne(6)...

Dans les pays anglophones, où la permaculture(7) s'est développée comme une alternative plus complète que l'agriculture biologique, c'est dans ce milieu qu'est né, il y a peu, un nouveau concept : les villes en transition vers la sobriété. Le dossier de ce mois-ci présente cette démarche à partir de plusieurs expériences et montre également les similitudes et différences avec le mouvement de la décroissance.

Michel Bernard

 

1. Publié en anglais sous le titre Limits to growth, il est publié en français sous le titre Halte à la croissance ? Résumé sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Rapport_Meadows.
2. Si le pétrole est largement médiatisé, de nombreuses autres matières premières sont proches ou ont dépassé leur pic de production.
3. Mathis Wackernagel et William Rees,
Notre empreinte écologique, Les Éditions Écosocieté, Montréal, 1999.
4. Voir www.simplicitevolontaire.org.
5. Voir www.decroissance.info.
6. Voir http://grappebelgique.be, www.decrescita.it, http://decroissance.ch, www.decrecimiento.info
7. Permaculture ou culture permanente : utilisation maximale de plantes pérennes (arbres, arbustes...) pour diminuer les interventions humaines.