Menu:

474 Alternatives en Côte-d'Or et Yonne

Numéro 474 - Janvier 2019 : parution le 13 décembre

Alternatives en Côte-d'Or et Yonne

Mais aussi : L'aberration de la voiture à hydrogène • Les alternatives, réponse aux risques d'effondrement ? • Uniferme fête ses 40 ans • Marcher pour la forêt • Rutger Bregman • L’efficacité énergétique • La gratuité des transports publics • Photos : La ZAD des Lentillères [en savoir plus…]

inscrivez vous à la siberlettre

Accueil

Numéro 473 - Décembre 2018


Consultez les 4 premières pages
en cliquant ici.

Couverture en grand format


Dossier

La montagne : du calme !

Ski alpin : la fuite en avant

Au fil des ans, l’implantation de remontées mécaniques et la réalisation d’espaces skiables se sont intensifiées au détriment de la montagne. Un processus qui devait valoriser un espace singulier et sauvage est aujourd’hui en train de le détruire. Entretien avec Vincent Neirinck, de Mountain Wilderness.

Le vallon du Lou montre ses crocs !

Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ. Toute la Savoie est occupée par les remontées mécaniques…Toute ? Non ! Une petite vallée résiste encore et toujours à l'envahisseur. Entretien avec Aurélie Conte, présidente de Demain vivre aux Belleville, association pour une approche plus résiliente de la montagne.

Préserver la quiétude de la montagne

Aujourd’hui, plus des trois quarts de la population française vivent en ville. L’accès à des territoires sauvages et montagneux, sans marqueurs humains ostensibles, se fait donc rare et fragile. Mountain Wilderness porte une série de campagnes afin de rendre la montagne plus accessible tout en la préservant.

Usages de l'eau, production de l'énergie : des défis immédiats

L’eau, source de vie, se fait de plus en plus rare aux sommets. L’accélération du réchauffement climatique met en tension différents usages de l’eau disponible en montagne. Face à la fragilité des écosystèmes, des habitant·es s’organisent pour préserver et valoriser les ressources naturelles.

 

Articles

50 000 "Hambi Bleibt!" pour la forêt de Hambach

Près de 50 000 personnes se sont rassemblées à Buir (Allemagne), début octobre 2018, pour célébrer le répit pour la forêt de Hambach dévastée par une mine géante de charbon, et en soutien à celles et ceux qui l'occupent pour la défendre.

Dialogue de sourds à Notre-Dame-des-Landes

Ancien chercheur en sciences cognitives et en philosophie, Alessandro Pignocchi partage ici avec les lecteurs et les lectrices de Silence quelques planches issues de sa bande dessinée sur la lutte de Notre-Dame-des-Landes à paraître au Seuil en 2019 dans la collection "Anthropocène".

La réouverture de mines en France plombée pour l'instant

Les 25 et 26 août 2018 se tenait à Salau, en Ariège, le festival Stop Mines qui regroupait plusieurs collectifs en résistance contre des projets miniers sur le territoire français. L'occasion de faire un point sur la situation actuelle.

La Baraque, un quartier alternatif et autogéré

C’est à peine à 900 mètres du centre-ville de Louvain-la-Neuve, en Belgique, que se découvre un havre de paix et de simplicité, le quartier alternatif de la Baraque. Habitat léger et vie en collectivité sont ici les maîtres mots.

ExCRAdition générale !

À Sète, le collectif citoyen ExCRAdition Générale cherche à faire entendre la voix des personnes enfermées dans le Centre de rétention administrative (CRA) pour des durées pouvant aller jusqu'à 45 jours.

 

Chroniques

Bonnes nouvelles de la terre :
À Roubaix, les jardins familiaux rendent la ville de plus en plus verte

Chroniques terriennes :
Un remaniement en eau trouble !

Un lieu à soi :
Terres de femmes en Oregon

L’action non-violente, mode d’emploi :
Grève de la faim

L’écologie c’est la santé :
Trolls contre coquelicots

 

Brèves

Alternatives • Environnement • Nucléaire • Énergies • Agriculture • Transports • Climat • Libertés • Femmes, hommes, etc. • Paix et Non-violence • Société • Santé • Agenda • Courrier • Livres

 

Éditorial

Penser l’après-ski

L’évolution de l’environnement montagnard est un très fort révélateur de l’accélération du réchauffement climatique. La fréquentation accrue des massifs par des touristes menace leur équilibre et détériore l’expérience que l’on est venu chercher en leur ôtant toujours un peu plus de leur aspect sauvage (1). La montagne est aujourd’hui marchandisée et instrumentalisée au profit d’une vision réductrice qui la résume à un espace de détente et de loisirs ou à des sommets enneigés équipés pour les sports d’hiver.

Les débats autour de l’ascension du Mont Blanc sont emblématiques de la tension accrue entre les dangers d’une surfréquentation du site (en 2018, 25 000 personnes ont entamé l’ascension du mont Blanc) et ses conséquences désastreuses pour l’environnement et la défense d’une montagne accessible. En 2019, les alpinistes qui voudront gravir le Mont Blanc par la voie normale, à partir de Saint-Gervais (Haute-Savoie), devront disposer d’un "permis d’ascension", solution de compromis trouvée pour "réguler" l’accès à ce sommet. Comment rendre la montagne accessible tout en la préservant ?

C’est en allant à la rencontre de personnes qui vivent en montagne que nous avons voulu apporter des réponses à cette question, en s’appuyant sur la spécificité de la chaîne des Alpes et de son attrait touristique pour le ski alpin. Vincent Neirinck, de Mountain Wilderness, revient sur les enjeux de la préservation d’une "vraie montagne" et sur les dangers d’un territoire asservi au ski alpin. L’approche de la montagne se doit d’être plus résiliente, ce que confirme le collectif Demain vivre aux Belleville qui se mobilise depuis plus de trente ans pour la préservation du vallon du Lou. L’association Educ’Alpes éclaire les changements rapides du territoire dus au réchauffement climatique et décrit les initiatives portées par la population locale pour renverser la tendance. La montagne ne restera cette expérience brute de l’altérité que si nous en prenons soin.

Martha Gilson

(1) L’intérêt pour les montagnes se fait sentir jusqu’au sommet : les Nations unies ont décrété l’année 2002 "année des montagnes du monde" et, en juin 2018, la 4e Sustainable Summits Conference (conférence internationale sur l’avenir des hautes montagnes) a eu lieu à Chamonix. Ces manifestations pointent les dangers du réchauffement climatique, du tourisme de masse et des aménagements délirants.